Nice: Trois marques pour s'habiller «made in Côte d'Azur» cet été

MODE Balasana, Osni et Alourashop.com sont des marques de vêtement créées par des Niçois... 

Mathilde Frénois

— 

La marque cannoise Balasana a banni le plastique de sa production.
La marque cannoise Balasana a banni le plastique de sa production. — Balasana
  • 20 Minutes dresse le portrait de trois marques aux styles bien différents mais toutes «made in Côte d'Azur».
  • Balasana a supprimé le plastique dans sa production : sans sachets plastique et avec pochons en toile de lin. Alourashop.com mise sur l’humour et Osni sur le vintage.
  • Trois marques à l'accent chantant qui misent sur l’écologie et l'identification régionale.

C’est un air qui souffle sur la Côte d’Azur. Depuis plusieurs mois ou années, des marques de vêtements font leur apparition sur les bords de la Méditerranée. Pour s’habiller dans le vent et 100 % azuréen cet été, 20 Minutes dresse le portrait de trois marques aux styles bien différents mais à l’accent chantant.

Le yoga écolo

« Le yoga, un style de vie. » C’est avec cette maxime en tête que la Cannoise Clara Daviet s’est lancée dans la création de la marque Balasana : « Je pratique le yoga depuis cinq ans, se souvient-elle. J’étais sensible à ma vie, à mon environnement et je donnais beaucoup d’importance à l’écologie. Je voulais donc créer une marque en adéquation avec les valeurs du yoga. » Clara Daviet lance, il y a six mois, sa collection de vêtements de yoga pour femmes. Elle se veut colorée et confortable. Surtout 100 % fabriquée en France, en synthétique ou en coton bio : « Les teintures sont réalisées avec de l’encre certifiée sans substance nuisible pour l’homme et pour l’environnement, pointe la Cannoise. Nous sommes aussi dans une démarche zéro déchet. On a supprimé tout le plastique de la production : il n’y a jamais de sachets plastiques et les commandes sont envoyées dans un pochon en toile de lin. » Ensemencées, les étiquettes en papier se plantent dans la terre pour voir pousser des plantes… devant lesquelles il sera peut-être possible de pratiquer le yoga.

Née à Nice, la marque Balasana est fabriquée entièrement en France.
Née à Nice, la marque Balasana est fabriquée entièrement en France. - Balasana

Une deuxième vie pour les vêtements

L’écologie, la récupération, le recyclage parlent également aux sœurs Dang. Julie et Suzy ont été élevées avec une mère sensibilisée à ces questions. « On a aussi toujours eu le même amour pour les vêtements de bonne qualité, insiste Julie Dang. On faisait les brocantes et on est tombées amoureuses des secondes mains. »

Les deux soeurs Niçoises Julie et Suzy Dang viennent de se lancer dans l'univers du vintage avec leur marque Osni.

Les deux Niçoises décident donc de créer leur propre marque de vêtement vintage, Osni. « Tous les vêtements qu’on achète sont choisis un par un. On est sous une éthique particulière : on reste sur des faits mains des marques italiennes et françaises. Nous n’avons pas de produits de chaîne, dit Julie. Notre but c’est de pouvoir changer l’image du vintage. Ce n’est pas toujours usé, sale et vieux. » Et pour cause. Après les avoir récupérées, les pièces de vêtements sont nettoyées, réparées et mises en ligne par Julie et Suzy Dang. Pour leur assurer une seconde vie.

Des phrases qui collent à la peau

L’aventure de ces tee-shirts est partie d’un blog. Johann Franchi y parlait « de pissaladière, de foot et de Nice ». Puis il crée un T-shirt avec écrit « Aloura ? » : « Ça veut dire : et alors, comment ça va ? C’est une expression conviviale, précise-t-il. Celle que l’on dit quand on joue aux boules et que l'on revoit quelqu'un que l'on n'a pas vu depuis longtemps. » Une expression qui deviendra le nom de la marque de Johann Franchi. Sur Alourashop.com, il vend des tee-shirts entre 19 et 23 euros floqués « Appelez-moi ficanas » ou encore « Mon tee-shirt est Niçois et allergique au savon de Marseille ».

« On s’est pris au jeu et j’ai aussi imaginé des phrases sur des mugs, des stickers, des coussins, des casquettes, des pendentifs. Et pour la participation de l’OGC Nice à la ligue Europa avec un modèle "Nissa Europa" ». Mais rien pour la Coupe du monde : « On est Niçois pas Français », rigole Johan Franchi.