Nice: Ce que l'on sait sur la polémique des prières de rue à l'Ariane

POLEMIQUE Lors de l’Aïd-el-Fitr vendredi, des hommes ont prié sur un parking attenant à une salle de spectacle, déclenchant la colère du maire de Nice et du Rassemblement national local…

Mathilde Frénois

— 

L'Aïd a été célébré vendredi à Nice.
L'Aïd a été célébré vendredi à Nice. — Union des musulmans des Alpes-Maritimes (Umam)
  • C’est un tweet de Christian Estrosi, dénonçant la prière de rue, qui a déclenché la polémique.
  • Le Rassemblement national niçois a saisi la justice. Philippe Vardon a fait un signalement auprès du procureur de la République.

Après la fête, la polémique. Vendredi lors de l’Aïd-el-Fitr, certaines prières se sont effectuées en plein air, sur le bitume d’un parking du quartier de l’Ariane à l’est de Nice. C’est là qu’une controverse est née entre l’organisateur, la mairie et le Rassemblement national niçois. 20 Minutes fait le point.

Que s’est-il passé sur le parking du théâtre Lino Ventura de Nice vendredi ?

« Afin d’éviter les prières de rue, la ville de Nice a mis à disposition, comme ce fut le cas pour d’autres années, le théâtre Lino Ventura, de 7 heures à 11 heures », explique la mairie dans un communiqué. Les femmes prient à l’intérieur, les hommes dehors.

« La salle était prêtée par une convention. On estimait pouvoir contenir le nombre extraordinairement grand de personnes à l’intérieur mais nous avons été victimes du succès de l’appel. Nous avons donc contenu un nombre maximum de personnes sur le parking pour éviter un débordement directement dans la rue », explique le recteur et responsable de l’Union des musulmans des Alpes-Maritimes (Umam) Otmane Aissaoui à 20 Minutes. Selon Nice-Matin, des habitants du quartier de l’Ariane et des communes limitrophes se sont plaints du bruit, dérangés par les prêches diffusés avec des haut-parleurs.

D’où vient la polémique ?

D’un tweet. Celui de Christian Estrosi posté vendredi matin. Sur le réseau social, le maire de Nice « condamne avec la plus grande fermeté les prières de rue qui sont organisées à l’Ariane. Les lois de la République doivent être respectées partout, affirme-t-il. Rien ne peut justifier les prières de rue et qu’on trouble l’ordre public »

Sauf que, selon certains internautes, c’est la mairie elle-même qui a mis à disposition ces espaces pour l’Aïd. « La convention ne prévoyait pas l’utilisation du parking, répond la ville. Les condamnations du maire de Nice portaient sur les nuisances sonores, le stationnement anarchique et les prières de rue à l’Ariane comme dans plusieurs quartiers de la ville. »

Quelles démarches le Rassemblement national niçois ?

La vague des réseaux sociaux monte jusqu’au Rassemblement national (l’ex Front national). Son leader Philippe Vardon a saisi la justice. Il a fait parvenir, lundi, un signalement au titre de l’article 40. « On a imposé et fait partager cette prière à l’ensemble du quartier de l’Ariane, La Trinité et Saint-André de la Roche, pointe le RN. On peut s’interroger sur les responsables. Il y a ceux qui font et ceux qui permettent. » Contre les premiers, Philippe Vardon a fait un signalement pour trouble à l’ordre public. Contre les seconds, pour rassemblement non déclaré.

« Nous ne laisserons pas le Front national, qui cherche à alimenter une polémique stérile, jouer sur les peurs, stigmatiser les habitants de confession musulmane et le quartier de l’Ariane », maintient la ville de Nice. « C’est une stigmatisation des musulmans de Nice, estime aussi le recteur Otmane Aissaoui. L’Aïd est le jour de notre fête le plus sacrée. Il ressemble à Noël lorsque l’on voit les églises qui débordent et les cloches qui retentissent fort. » Désormais, ce sera à la justice de trancher.