Nice: Une boutique avec des grandes tailles pour être belle en XXL

MODE Sur les cintres, les vêtements vont du 46 au 62…

Mathilde Frénois

— 

Dans le magasin de Sophie Buduca, les tailles vont du 46 au 62.
Dans le magasin de Sophie Buduca, les tailles vont du 46 au 62. — M. Frénois / ANP / 20 Minutes
  • La boutique dispose aussi d’une cabine d’essayage plus large que dans les magasins de grande distribution.
  • « C’est compliqué pour des femmes rondes de s’habiller avec les marques classiques, hormis avec des basics », pointe Sophie Buduca, fondatrice du commerce.

Des robes en lin. Des tee-shirts fantaisie. Des jeans kaki. Des chemises bleues. Et des blouses. Sophie Buduca passe en revue les vêtements qu’elle vient d’installer sur les cintres. Depuis le 5 mai, cette Azuréenne propose, sur les portants de sa boutique du centre-ville de Nice, des habits grande taille.

« L’année dernière, j’étais chez ma cousine qui est forte. Elle part s’habiller pour aller à la plage et revient avec une robe informe. Là, on s’est dit qu’il fallait monter une boutique », raconte Sophie Buduca qui crée son magasin Tanta Jeanna & Madama Fina, surnom niçois que s’étaient donné les deux femmes.

Conseils, sacs et écharpes

La boutique, rue de Russie à Nice, propose des vêtements du 46 au 62 de quatre marques européennes différentes. Et elle dispose aussi d’une cabine d’essayage plus large que dans les magasins de grande distribution. « C’est compliqué pour des femmes rondes de s’habiller avec les marques classiques, hormis avec des basics », pointe Sophie Buduca, qui propose également ses conseils, des sacs et des écharpes « pour que les femmes se sentent bien ». Et la Niçoise a déjà remporté une victoire : sa cousine est devenue cliente de sa boutique, pour être belle en XXL.

Tanta Jeanna & Madama Fina vend ses articles également via son site Internet. Mais elle n’est pas la seule boutique de la capitale azuréenne à proposer des vêtements grande taille. A Nice, les magasins Ronde et belle, sur le boulevard Victor-Hugo, et Ulla Popken, dans la rue de la Liberté, sont sur le même créneau.