Nice: Polémique autour de la présence d'éléphants au cirque Medrano

ANIMAUX Les anti-captivité et un député ont manifesté leur opposition à l’enfermement d’animaux…

Michel Bernouin

— 

Les éléphantes du cirque Medrano par qui la polémique est arrivée.
Les éléphantes du cirque Medrano par qui la polémique est arrivée. — M. Bernouin

Que l’on soit pour, contre ou sans opinion : impossible d’échapper au débat sur les animaux de cirque. Dans la rue, sur les réseaux sociaux ou sous le chapiteau de Medrano, la question est partout depuis quelques jours à Nice.

Premier à entrer en piste, vendredi, Loïc Dombreval. Le député des Alpes-Maritimes, qui préside le groupe d’étude « Condition animale » à l’ Assemblée nationale, relaie sur Facebook la vidéo de l' association One Voice montrant des éléphants parqués sur l’esplanade de Lattre de Tassiny. Dimanche en fin de journée, elle totalisait 86.000 vues. « Les animaux sauvages n’ont rien à faire en captivité » écrit l’élu.

Arrêtés anti-cirque avec animaux à Vence, Carros, Villeneuve

Interpellé par Loïc Dombreval, le maire de Nice avance à pas de velours : il ne prend pas d’arrêté interdisant sur sa commune les cirques avec animaux, comme l’ont fait Vence, Carros, Villeneuve-Loubet, mais déclare : « il est pour moi inconcevable que des animaux passent leur vie dans des espaces inadaptés à leurs besoins vitaux. Je suis favorable à ce que des améliorations soient apportées au code de l’environnement, qui fixe actuellement les conditions de détention et d’utilisation des animaux dans les spectacles ».

Samedi, face à l’entrée du cirque, une trentaine de militants anti-captivité brandissent des pancartes et haranguent automobilistes et spectateurs : « La captivité n’est pas un spectacle. Osez faire demi-tour ». Des centaines personnes pénètrent quand même sous le chapiteau. Et aucun n’échappe au message diffusé dans les haut-parleurs juste avant que les tigres n’entrent en scène : « En assistant à ce spectacle, vous participez à la sauvegarde de l’espèce. »

«Nous sommes contrôlés tous les quinze jours »

Pour les « anti », les animaux n’ont pas leur place en captivité, et encore moins dans des numéros de cirque. Ils s’alarment du cas de Lechmee, la plus âgée des trois éléphantes de la troupe, qui présenterait un état de santé alarmant se manifestant par son balancement.

Absurde pour Stephan Gistau, porte-parole du cirque Medrano, qui montre pattes blanches : « le balancement n’est pas un comportement stéréotypé, les éléphants font pareil dans la nature. Nous sommes contrôlés tous les quinze jours par les services vétérinaires, les dresseurs sont titulaires d’un certificat de capacité et d’un agrément ministériel ».

Un problème de taille

Un huissier mandaté par le cirque constatait dimanche après-midi la taille de l’enclos des éléphants, qui ne mesure pas 20m2 mais plus de 300. Le cirque envisage de déposer plainte pour diffamation.

La caravane de Medrano reprendra la route dimanche soir. Et laissera derrière elle une polémique qui n’est pas près de s’évanouir.