Nice: Grève spontanée dans les tramways après la condamnation d’un conducteur

REACTION Le tribunal correctionnel a prononcé une peine de 6 mois de prison avec sursis après la chute mortelle d’un passager en 2015…

Fabien Binacchi

— 

Le tramway de Nice est en service depuis 2007.
Le tramway de Nice est en service depuis 2007. — F. Binacchi / ANP

Les tramways de Nice se sont mis à l’arrêt ce jeudi soir. Les conducteurs ont exercé leur droit de retrait après la condamnation dans l’après-midi d’un de leurs collègues, qui était poursuivi pour homicide involontaire après le décès d’un passager en 2015.

« En raison d’un mouvement social imprévu, la ligne de tramway est arrêtée ce jour progressivement à partir de 19 h jusqu’à la fin du service, a ainsi fait savoir la régie Lignes d'Azur. Des bus de substitution sont mis en place pendant la durée de l’interruption. »

Une décision de justice contestée

Le 11 avril 2015, Jacques Burgède, un homme de 76 ans faisait une chute mortelle dans une rame de tramway dont le conducteur venait de déclencher un freinage d’urgence.

Lors du procès, le ministère public ainsi que la famille du défunt avaient vivement réclamé que le salarié de Lignes d’Azur ne soit pas le seul poursuivi dans cette affaire, pointant du doigt Alstom, le constructeur de la rame, dont le système de freinage a été mis en cause.

Ce jeudi, le tribunal correctionnel a rejeté cette demande de renvoi et de complément d’information pour ne condamner que le conducteur. Le tribunal correctionnel a prononcé une peine de 6 mois de prison avec sursis.