VIDEO. Nice: Assiettes, télé, grille-pain... Au Dégommoir, il est possible de tout casser pour se défouler

SUR LES NERFS C'est le premier établissement de ce type sur la Côte d'Azur... 

Mathilde Frénois

— 

Au dégommoir, les Niçois peuvent se défouler contre des objets de la vie quotidienne.
Au dégommoir, les Niçois peuvent se défouler contre des objets de la vie quotidienne. — M. Frénois / ANP / 20 Minutes

Karen est angoissée par les épreuves du bac. Et Mickaël par son travail à l’aéroport. D’habitude, elle lit pour se relaxer. Lui tape dans son punching-ball. Mais mercredi, ces deux Niçois ont décidé de passer leurs nerfs… dans des objets de la vie quotidienne.

Au Dégommoir, rue de France à Nice, ils sont venus s’énerver sur de la vaisselle, de l’électroménager et de l’informatique. « On aime bien se défouler alors là, c’était parfait. Entre le bac et le travail, ça nous a enlevé du stress », explique Karen. Elle vient de réduire en miettes des bouteilles laissées de côté par des commerçants et du matériel glané par les gérants du Dégommoir. Après un tri, tous partiront à la déchetterie et au recyclage.

Décharge de responsabilité

Mais avant de briser des assiettes, de défoncer un micro-ondes ou de traverser l’écran d’un ordinateur avec un pied-de-biche, une masse ou un club de golf, les participants doivent s’équiper de protections, casques, gants, débourser entre 10 et 100 euros et signer une décharge de responsabilité, car l’activité est considérée comme dangereuse. « On ne légitime pas la violence, affirme la gérante Leanna Drevet, qui surveille ses clients par vidéosurveillance pour éviter tout débordement. C’est plus pour se libérer sur le moment, pour faire passer une envie de colère. »

Après 40 min restés enfermés dans la salle du « dégommoir », Karen et Mickaël ressortent en sueur. Et ayant bien rempli leur mission : le sol est plein de petits fragments de déchets et leur tête vide de tracas.