Nice: La navigation sur un catamaran solaire à portée de clic

TRANSPORT L’entreprise Seazen développe les sorties en mer en libre-service…

Mathilde Frénois

— 

Le catamaran de Seazen, en libre-service, fonctionne grâce aux rayons du soleil.
Le catamaran de Seazen, en libre-service, fonctionne grâce aux rayons du soleil. — Seazen

Le libre-service trace sa route. Sur la Côte d’Azur, il est déjà possible, depuis 2009, de rouler à deux roues avec des vélos bleus. Puis sur quatre roues avec les autos bleues. Désormais, c’est un bateau qu’il est permis d’emprunter. A Beaulieu, l’entreprise Seazen adapte le principe du « click and go » au nautisme.

>> A lire aussi : Il crée une ancre pour sauver les posidonies et les fonds marins

« C’est l’auto bleue des mers, insiste Guillaume Jacquet-Lagreze, dirigeant de Seazen. On réserve et on monte sur le bateau, c’est aussi simple que cela. » Moyennant tout de même 160 euros la journée en basse saison, le même prix pour une matinée en été, après une heure de formation.

« En totale autonomie »

Sans permis, l’unique catamaran de l’entreprise peut accueillir à son bord jusqu’à huit personnes. « Il va à la vitesse d’un voilier : jusqu’à six nœuds si on navigue à fond. Mais on risque de tomber en panne de batterie », fait remarque son responsable. C’est que le bateau de Seazen fonctionne grâce aux rayons du soleil. « Ça permet de naviguer en totale autonomie, pointe-t-il. C’est agréable. Il ne penche pas comme un voilier et secoue moins qu’un bateau à moteur. » En un an de mise à flot, le catamaran n’a jamais dû être branché, voguant sur les flots uniquement grâce à l’énergie solaire.