Nice: La plus vieille boutique de parapluies ferme ses portes définitivement après 168 ans d’existence

RETRAITE Le propriétaire Gino Bestagno, descendant du fondateur, va désormais couler une retraite bien méritée…

D. G.

— 

La boutique de Gino Bestagno, rue de la Préfecture à Nice.
La boutique de Gino Bestagno, rue de la Préfecture à Nice. — Capture d'écran Instagram - apinuponsneakers

Après s’être ouverte pour la première fois en 1850, la porte de la petite boutique Maison Bestagno va se refermer définitivement. Gino Bestagno, dernier propriétaire de l’enseigne familiale spécialisée dans la confection et la réparation de parapluies et ombrelles, va prendre sa retraite raconte France 3.

Une boutique de famille

À l’origine, il y avait Felipe Colombo, arrière-grand-oncle de Gino Bestagno. Jusque dans les années 1970, avec trois autres boutiques niçoises, les parapluies étaient fabriqués sur place. Mais depuis avec l’importation massive de parapluies et ombrelles, la Maison Bestagno se contente de les réparer et de les vendre. Mais attention, pas n’importe quels parapluies, uniquement « Made in France », produits à Aurillac (Cantal) et Saint-Claude (Jura), les dernières villes en France à en fabriquer.

France Bleu Azur explique que les parapluies restants les plus précieux de la boutique seront vendus aux enchères, jusqu’à 3 000 euros. Dans sa boutique, Gino Bestagno a eu tout au long de sa vie l’occasion de croiser des stars comme Brigitte Bardot, Albert Ier de Monaco ou encore Claudia Cardinale.