Côte d'Azur: Après les intempéries, encore 40% des trains à l'arrêt

SUR LES RAILS Trois trains sur quatre circulent en heure de pointe, seuls un sur deux en période creuse...

Mathilde Frénois
— 
TER en gare. Illustration.
TER en gare. Illustration. — Archives ANP / 20 Minutes
  • La ligne Nice-Breil est totalement interrompue depuis lundi, un rocher étant tombé sur les rails.
  • L’aéroport de Nice-Côte d’Azur, le plus important après ceux de Paris, a retrouvé un trafic normal mardi à la mi-journée après sa fermeture totale à cause des intempéries.

Le soleil est réapparu sur la Côte d’Azur. Mais les trains n’ont pas encore tous retrouvé le chemin des gares. Sur les rails du département ce mardi, 40 % des trains ne circulent pas.

« Toute la journée (de lundi), les embruns marins chargés de sel ont provoqué de nombreux incidents électriques sur les caténaires et les installations électriques du matériel TER », se justifie la SNCF dans un communiqué. Ainsi, les locomotives sont au ralenti entre Nice et Vintimille en raison de la chute de pierres dans le filet de protection à Eze. Le site de stationnement et de maintenance de Cannes, à proximité de la mer, a été endommagé. Les trains sont également totalement interrompus de Nice à Breil, un rocher étant tombé sur les voies. Sur ce dernier axe, des bus de substitution sont mis en place.

« Un retour à la normal progressif »

« La SNCF a fait le choix de maintenir les circulations ferroviaires afin de permettre la mobilité sur le territoire alors que les conditions climatiques auraient pu nécessiter l’interruption totale, à l’instar de la fermeture de l’aéroport et de certains axes routiers », énonce aussi le communiqué. Mercredi, « la situation restera perturbée mais tendra à un retour à la normal progressif », assure la SNCF. En attendant, les Naufragés du TER Grasse-Vintimille réclament des infrastructures performantes : « Le même matos ferroviaire étanche que le TER Bretagne », raillent-ils.


Dans les airs, l’aéroport de Nice-Côte d’Azur, le plus important après ceux de Paris, a retrouvé un trafic normal mardi à la mi-journée. « Toutes les pistes ont réouvertes », a indiqué l’aéroport où la veille, pratiquement aucun avion n’a pu décoller ni atterrir en raison de la tempête. Des vents violents, une pluie battante, un fort coup de mer et un plafond nuageux bas gênaient les pilotes. En plus des annulations, dix vols ont été déroutés vers les aéroports de Marseille-Provence, Milan Malpensa, Toulon et Gênes.