Prix de l'immobilier à Cannes: De grandes disparités, la Bocca prend de la valeur

ACHAT D'APPARTEMENT Alors que le marché est reparti à la hausse, 20 Minutes s’est penché sur l’immobilier dans les plus grandes villes de France. A Cannes, l’Ouest prend de la valeur dans une ville à l’offre de prix très contrastée…

Fabien Binacchi

— 

Une vue sur la Croisette de Cannes, le 30 juillet 2013
Une vue sur la Croisette de Cannes, le 30 juillet 2013 — Valery Hache AFP
  • Malgré un léger tassement ces derniers mois, le prix moyen du mètre carré a augmenté de 4,75 % en un an dans la cité des festivals, avec toujours de fortes disparités d’un quartier à l’autre.
  • La zone de la Bocca, attractive et populaire, enregistre la plus forte hausse.

Comme à Nice, où les prix de l’immobilier ont augmenté de 4,5 % en un an, la cité des festivals a pris de la valeur. Avec une hausse des prix moyens du mètre carré de 4,75 % entre septembre 2016 et septembre 2017, selon la FNAIM 06.

Malgré un certain essoufflement depuis l’été. Cannes et les autres « zones géographiques les plus chères du département enregistrent un regain de tension sur les prix », analyse Frédéric Pelou, le président azuréen de la Fédération des agents immobiliers.

L’un des prix moyens les plus hauts des Alpes-Maritimes

La ville du festival du film affiche en effet toujours le prix moyen le plus élevé parmi les grandes villes des Alpes-Maritimes. Le mètre carré s’y négociait en moyenne 5.381 euros, le 1er novembre, selon les données de la plateforme Meilleursagents.com.

La carte des prix de l'immobilier à Cannes, quartier par quartier, au 1er novembre 2017
La carte des prix de l'immobilier à Cannes, quartier par quartier, au 1er novembre 2017 - Meilleursagents.com

Avec des différences très importantes en fonction des quartiers. L’intouchable (pour le commun des mortels) Croisette, où des transactions peuvent flirter avec les 50.000 euros par mètre carré, n’est que l’arbre qui cache la forêt d’une offre très hétéroclite.

La Bocca, concernée par d’importants chantiers, en hausse

Toujours populaire et très attractive, l’Ouest cannois a pris de la valeur. Entre août 2016 et l’été 2017, la chambre azuréenne des notaires a enregistré une hausse des prix de 4.5 % à la Bocca, pour un coût médian au mètre carré de 3.100 €.

Le secteur a le vent en poupe. Une conséquence, peut être, de la multiplication des projets dans ce coin de la ville. Le littoral boccassien est en effet en plein lifting et un multiplexe ainsi qu’une université sont annoncés pour 2018 et 2019.

>> A lire aussi : Ces chantiers qui vont changer l'ouest de Cannes

Les prix moyens du mètre carré à Ranguin (3.286 €), Bocca centre (3.660 €), l’Abadie (3.664 €) ou encore les Muriers (3.864 €) sont notamment parmi les plus attractifs de la cité des festivals, selon les chiffres de Meilleursagents.com.

Centre-ville et Croix des gardes en retrait

Si l’Ouest de la ville a vu ses prix augmenter à la revente, la zone verte et très résidentielle de la Croix-des-Gardes ainsi que le centre-ville ont enregistré un léger tassement.

Le massif forestier de la Croix-des-Gardes, à Cannes
Le massif forestier de la Croix-des-Gardes, à Cannes - F. Binacchi / ANP / 20 Minutes

De 1 % pour la première et de 0,7 % pour le second, d’après les notaires des Alpes-Maritimes. Les quartiers des Broussailles (3.471 euros/m2), Carnot (3.494 €), Petit-Juas (3.915 €), ou encore Saint-Nicolas (4.325 €) arrivent toujours dans la partie basse du classement établi par la plateforme Meilleursagents.com.