Nice: Avec les nouvelles mesures de la ville, les vélos-taxis fileront droit

TRANSPORT Leur activité et la concurrence seront désormais réglementées…

Mathilde Frénois

— 

Carolina, conductrice d'un vélo-taxi, attend ses clients sur la place Massena de Nice.
Carolina, conductrice d'un vélo-taxi, attend ses clients sur la place Massena de Nice. — M. Frénois / ANP / 20 Minutes
  • Une cinquantaine de vélos-taxis prennent en charge des clients à Nice.
  • Leurs pratiques sont qualifiées d’« anarchie » et de « petit business d’une opacité totale » par les élus de la ville.

Il est midi et Carolina a déjà effectué trois courses. Depuis 10h30 dimanche matin, cette étudiante étrangère transporte des clients à l’arrière de son vélo-taxi, un engin à trois-roues qu’elle stationne sur la place Massena de Nice entre deux coups de pédale. Mais l’activité de Carolina et de la cinquantaine d’autres cyclistes va changer : la ville de Nice vient en effet d’adopter à l’unanimité la mise en concurrence et l’octroi d’autorisations d’occupation du domaine public pour ces vélos-taxis.

« Le cahier des charges de cette consultation prévoit notamment le respect des normes de construction des cycles, l’aspect esthétique, les éléments de confort et de sécurité pour la clientèle, le montant de la redevance versée à la ville ainsi que la détermination des espaces de prise en charge », a détaillé le maire LR de Nice Christian Estrosi en conseil municipal.

« Petit business »

C’est que la concurrence entre les vélos-taxis est forte : quatre compagnies se partagent 27 triporteurs. En parallèle, près de 30 « indépendants » sont également derrière leur guidon. « Entre nous, on les appelle ‘‘les arnaques’’ parce qu’ils exagèrent les prix, estime Carolina. Il y a même des engueulades. »

Des pratiques que l’opposition qualifie d’« anarchie » et de « petit business d’une opacité totale ». Avec Carolina, une course pour l’aéroport coûte 50 euros, une visite guidée d’une demi-heure 30 euros. Des prix qui peuvent parfois doubler à bord de certains de ces triporteurs. Et c’est justement pour éviter ces déconvenues que l’activité sera bientôt encadrée.