Nice: Sur les trottoirs, les terrasses prennent de plus en plus de place

VILLE Une législation existe pour concilier circulation des piétons et tables de restaurants…

Mathilde Frénois

— 

A Nice, un passage de 1,5 m doit être laissé sur le trottoir entre la terrasse et la chaussée, ou la terrasse et l'immeuble.
A Nice, un passage de 1,5 m doit être laissé sur le trottoir entre la terrasse et la chaussée, ou la terrasse et l'immeuble. — M. Frénois / ANP / 20 Minutes
  • Certains Niçois estiment que les restaurateurs et cafetiers «s’approprient le domaine public».
  • Pour les professionnels, les terrasses renvoient une image positive de la ville.

Quand il se balade dans le centre-ville de Nice, Benjamin zigzague entre les tables des terrasses. Un cheminement qui l’agace. « Rue Bonaparte, il faut même marcher sous la tente en plastique d’un café pour passer. Ou alors, on doit traverser sur l’autre trottoir », pointe-t-il.

>> A lire aussi : Villes du futur: A quoi ressemblera Nice en 2050?

Ce Niçois estime que les restaurateurs « s’accaparent le domaine public » et « défigurent les rues ». Pourtant, une législation existe pour concilier circulation des piétons et places en terrasse. « D’abord il faut en faire la demande, il n’y a pas de caractère automatique », explique le premier adjoint au maire Philippe Pradal. Réservées aux métiers de bouche, les terrasses sont contraintes de laisser un passage minimal d’1,5 m sur le trottoir.

« L’image de la ville »

« Cette année, nos dix agents ont effectué entre 7.000 et 8.000 contrôles à Nice, compte l’élu. La plupart donnent lieu à des rappels à l’ordre. » D’abord pédagogiques, ces vérifications peuvent engendrer des procès-verbaux. Une amende pouvant s’élever jusqu’à 1 500€ peut être imposée. « Il faut que chaque professionnel respecte l’engagement du contrat. Quand je vais sur le cours Saleya, je fais des reproches à mes collègues. Je leur dis : ‘‘rangez vos panneaux pour laisser le passage aux piétons, aux mamans avec landaus, aux fauteuils roulants’’, raconte Hubert Boivin du syndicat des restaurateurs. C’est important. Les touristes ne viennent pas en vacances sur la Côte d’Azur pour manger à l’intérieur. Une terrasse, c’est l’image de la ville. »

Parfois même, une terrasse peut être un outil de développement urbain. « Bien tenue, elle est un gage de qualité et un élément de sécurité, estime Philippe Pradal. Le quartier est ainsi animé, surveillé, entretenu. C’est un élément important du dynamisme de la ville. » Un projet envisagé à chaque fois qu’une rue devient piétonne.