Nice : Adieu foot et cache-cache, ce centre aéré apprend la recette du pan bagnat et les règles du pilou

VACANCES Pendant les vacances, des petits niçois font des jeux traditionnels, des danses folkloriques et apprennent à cuisiner à la niçoise…

Mathilde Frénois

— 

Exit le foot, les petits vacanciers niçois jouent au pilou.
Exit le foot, les petits vacanciers niçois jouent au pilou. — M. Frénois / ANP / 20 Minutes
  • Les écoliers dansent, chantent, comptent, cuisinent en niçois.
  • «On donne à ces enfants des outils pour qu’ils deviennent des passeurs de mémoire», explique l’adjoint au maire de Nice délégué à l’éducation et aux activités périscolaires Jean-Marc Giaume.

Dans la cour d’école des Orangers, le Paillassou s’envole plus haut que les branches des oliviers. Et si la traditionnelle poupée de chiffon vole, c’est que le pantin est lancé par de jeunes Niçois. Âgés de six à douze ans, vingt-trois petits vacanciers participent au premier centre de loisir sur le thème de la culture niçoise.

« On donne à ces enfants des outils pour qu’ils deviennent des passeurs de mémoire, explique l’adjoint au maire de Nice délégué à l’éducation et aux activités périscolaires, Jean-Marc Giaume. Ces ateliers les sensibilisent et leur donnent les clefs de la culture niçoise. » A terme, ces activités nissartes pourraient s’étendre aux 2.500 enfants accueillis dans les 54 centres de loisir.

Pour la première fois, le centre aéré de Nice propose des ateliers pour jouer avec les traditions locales.
Pour la première fois, le centre aéré de Nice propose des ateliers pour jouer avec les traditions locales. - M. Frénois / ANP / 20 Minutes

Matisse et le cours Saleya

Alors que le Paillassou est retombé à terre, les écoliers apprennent à compter, entonnent des chants traditionnels et s’entraînent au pilou et au pitchak. « C’est la première fois que je parle niçois », dit Emilie, 7 ans. Vitor, lui, est scolarisé dans cette école bilingue, mais ne parle pas nissart couramment. « Maintenant je sais danser, compter, chanter. » Jusqu’à vendredi, Emilie et Victor réviseront la recette du pan bagnat, apprendront Nissa la Bella, étudieront les toiles de Matisse et dessineront le cours Saleya.

C'est en nissart que les élèves de l'école Les Orangers de Nice s'expriment.
C'est en nissart que les élèves de l'école Les Orangers de Nice s'expriment. - M. Frénois / ANP / 20 Minutes

Ce premier centre aéré nissart fait partie d’un programme plus large baptisé « Nissa XXI » par la ville. Ainsi, des plaques bilingues français-niçois seront accrochées dans chaque école pour rappeler l’origine du nom de l’établissement et des livrets avec les dates marquantes seront distribués.