Nice: Il va falloir encore attendre pour en savoir plus sur l'avenir du Negresco

JUSTICE Les salariés du célèbre cinq étoiles dénoncent une « prise d’otages du personnel », alors que l’audience sur son avenir a été reportée…

20 Minutes avec AFP

— 

L'hôtel Negresco illuminé par le plasticien Gaspare Di Caro.
L'hôtel Negresco illuminé par le plasticien Gaspare Di Caro. — F. Binacchi / ANP / 20 Minutes

L’audience censée permettre d’examiner l’avenir du palace niçois Negresco, placé depuis quatre ans sous administration judiciaire, a été reportée vendredi par la justice française pour des questions de procédure.

>> A lire aussi : Vers une nouvelle étape décisive pour l'avenir du Negresco

Les salariés de ce cinq étoiles de la célèbre Promenade des Anglais, majoritairement favorables au maintien de cette procédure d’administration judiciaire, dénoncent une « prise d’otages du personnel ».

La propriétaire de l’hôtel, âgée de 94 ans, ne peut plus gérer l’établissement, protégé depuis quatre ans par une administratrice, Me Nathalie Thomas.

« On sait où on va, l’hôtel tourne », dit un salarié

Une trentaine de salariés étaient vendredi devant les grilles du tribunal de commerce de Nice, déplorant cet épisode judiciaire. « Cela fait un mois que ça dure, avec une première audience déjà reportée, on a l’impression que rien n’est fait pour qu’on puisse continuer à travailler sereinement », a déploré un de ces salariés mobilisés, qui n’a pas souhaité donner son nom.

Avec la gouvernance actuelle, « on sait où on va, on a fait des travaux, on a modernisé notre produit, l’hôtel tourne », a assuré le même salarié.

>> A lire aussi : Un jeune administrateur a-t-il profité de la faiblesse de la propriétaire nonagénaire de l'hôtel?

L’administration judiciaire met en garde 

Me Thomas avait été nommée administrative judiciaire en 2013 à la suite du placement sous tutelle de Jeanne Augier, la propriétaire, qui vit toujours dans les murs de cet hôtel historique.

Dans un communiqué adressé au conseil d’administration et au personnel, dont l’AFP a pris connaissance, l’administration judiciaire met en garde contre « les convoitises » dont le Negresco est l’objet.