Côte d’Azur: Deux ans après l’ouverture de Polygone Riviera, la grogne de certaines enseignes

COMMERCE Au nord du centre commercial, où la fréquentation serait moindre, des procédures judiciaires sont lancées…

Fabien Binacchi

— 

Le samedi 7 octobre 2017, dans la partie nord du centre commercial Polygone Riviera, à Cagnes-sur-Mer
Le samedi 7 octobre 2017, dans la partie nord du centre commercial Polygone Riviera, à Cagnes-sur-Mer — F. Binacchi / ANP / 20 MInutes
  • Après deux ans d’ouverture, le nord du centre commercial Polygone Riviera est concerné par la grogne de certaines enseignes, qui se plaignent d’un manque de fréquentation.
  • Certaines se disent en difficulté financière, des procédures pour « non-paiement des loyers » sont lancées.

Presque deux ans après son ouverture, Polygone Riviera doit faire face à la grogne de certaines de ces enseignes. En cause ? Le manque de fréquentation dans sa zone dite « premium », au nord, qui regroupe The Designer Gallery et la place des arcades.

>> A lire aussi : Dans les coulisses de Polygone Riviera, un jour avant l'ouverture

Une dizaine de procédures, lancées par des commerçants, sont en cours. D’autres, déposées en référé pour « non-paiement de loyers », aussi. « On n’y arrive plus, confirme-t-on dans un magasin. Certains ont déjà du plier boutique. »

« Certains jours, on a l’impression d’être seuls au monde »

« Des fermetures programmées » d’enseignes qui étaient là « en test », répond le centre commercial de Cagnes-sur-Mer, évoquant le cas de la marque Le slip français notamment. Le test n’aura donc pas été concluant ? « Certains jours, on a carrément l’impression d’être seuls au monde », glisse-t-on dans une autre boutique.

Car la fréquentation se concentrerait à plus de 70 % sur les zones situées au sud, autour du mastodonte Primark,du cinéma et du « quartier des saveurs ».

>> A lire aussi : Primark à Cagnes-sur-Mer pour booster la fréquentation de Polygone Riviera

Multiplication des animations pour attirer les clients

Côté chiffres, le mall dit rester sur son « objectif visant à atteindre 8 à 10 millions de visiteurs à 3-5 ans », mais n’en donne pas davantage. Il semble pourtant avoir bien conscience d’un problème qui toucherait la partie nord de ses infrastructures. Pour preuve, la multiplication des animations (casting Elite, expos et autres cocktails organisés tous les mois) dans cette zone.

Pour attirer les clients là où quelques enseignes « à plus faible notoriété » sont localisées, selon la direction de Polygone Riviera.

Au Printemps, « les indicateurs sont au vert »

« Comme pour tout centre en lancement, quelques commerçants peuvent rencontrer moins de succès », analyse-t-elle. En clair, certains auront besoin d’un peu plus de temps avant que la mayonnaise prenne.

Tout en haut, dans les 9.000 m2 du grand magasin du Printemps, « les indicateurs sont au vert depuis six mois », défend en tout cas sa directrice Julie Lascombes-Malki. Si la responsable confirme que la fréquentation est modérée en semaine, « le flux est en revanche très fort le samedi et le week-end », dit-elle. Suffisant pour que d’autres structures, plus petites, résistent encore longtemps ?