Rugby: A deux ans, ils troquent leur tétine pour le ballon ovale (en mousse)

SPORT Rugbytots propose des entraînements pour les petits Azuréens de 2 à 5 ans…

Mathilde Frénois

— 

A la fin du cours de Rugbytots, Baptiste a troqué son ballon en mousse contre un en cuir
A la fin du cours de Rugbytots, Baptiste a troqué son ballon en mousse contre un en cuir — M. Frénois / ANP / 20 Minutes
  • Le rugby se joue sans compétition, ni contact, ni plaquage.
  • La séance est fixée à 10 euros de l’heure.

Baptiste attrape la balle, court et se jette à terre. Sur la pelouse du stade des Arboras de Nice, mercredi après-midi, c’est bien le rugby que ce sportif de 3 ans pratique. Mais ici, ni contact ni plaquage. Avec la société Rugbytots, comme près de 200 autres enfants sur la Côte d’Azur, le bambin s’initie à la balle ovale, très loin de la compétition.

« Tous les sports collectifs commencent à 5 ans : rugby, foot, basket, fait remarquer le manager Josselin Lapierre. On s’est dit que ce serait bien de faire un créneau pour les petits. » Pour 10 euros la séance de 45 minutes, Baptiste et sa dizaine de coéquipiers font leurs premiers pas dans l’univers de l’ovalie. « Ils apprennent vite et s’adaptent facilement. Notre but, c’est leur éveil et la motricité », pointe leur entraîneur.

« Esprit d’équipe »

Pas d’objectif de réussite donc. Mais les valeurs du rugby en ligne de mire. « C’est un bel esprit d’équipe, soutient Diane, qui emmène son fils sous les poteaux depuis un mois. Il se développe au niveau de la coordination et de la sociabilisation. » Baptiste accourt en pleurant. Une petite frustration vite oubliée par les jeux imaginés par les coachs. Mais pas de risque pour les petits, tous les ballons sont en mousse.

Biberonnés à la culture de la balle ovale, six bébés rugbymen ont, une fois leur cinquième bougie soufflée, intégré le Stade niçois. Trois se sont inscrits à Monaco. Et pourquoi pas, un jour, franchir les portes des clubs professionnels ou des équipes nationales.