De Nice à Los Angeles, ces Azuréens tentent d’imposer la gastronomie d’«aqui»

GOURMANDISES Zoom sur trois professionnels du goût installés sur la côte Ouest…

A Los Angeles, Sandra Cazenave

— 

Laurent Cavazza et ses tartes tropéziennes
Laurent Cavazza et ses tartes tropéziennes — S. Cazenave / ANP / 20 Minutes
  • D’abord installés sur la Côte d’Azur, ces restaurateur, pâtissier et boucher sont partis en Californie.
  • Ils tentent désormais d’imposer la french touch culinaires outre-Atlantique.

Les saveurs d’aqui pourront-elles détrôner celles du hamburger sur la côte Ouest ? Des Azuréens tentent en tout cas de s’imposer dans le paysage gastronomique à Los Angeles. 20 Minutes fait les présentations avec ces nouvelles stars californiennes de la French touch culinaire.

Jean-Claude Sétin, un pionnier de la boucherie

La vie de Jean-Claude Sétin a basculé le jour où Susan, une Américaine, a débarqué dans sa boucherie La Ferme de Montalou, à Nice. Le coup de foudre opère et il la suit outre-Atlantique. C’était il y a six ans.

Malgré des difficultés pour trouver un local abordable et le manque de produits élémentaires (comme les boyaux et certaines épices), l’artisan-boucher a ouvert son échoppe, The French Butcher, en janvier 2017.

Jean-Claude Sétin, le boucher à la française
Jean-Claude Sétin, le boucher à la française - S. Cazenave / ANP / 20 Minutes

« Je m’aperçois que je suis un pionnier, les Américains ont 30 ans de retard dans la boucherie », dit-il. Toujours à ses côtés, Susan cherche des investisseurs pour lancer une deuxième boutique à Los Angeles.

La Tropézienne : des ambitions et des tartes

Ils sont nombreux à faire le pied de grue pour acheter la Tropézienne de Laurent Cavazza à Saint-Tropez. Parmi les aficionados de sa tarte fourrée, Lionel Azoulay.

Ce touche-à-tout, à la tête d’une société de communication à Cannes, a décidé de lui faire vivre le rêve américain. Grâce à son « bagou », il a réussi à convaincre l’artisan pâtissier d’exporter sa création à Los Angeles.

En mars, Lionel Azoulay a ouvert la deuxième pâtisserie La Tropézienne Bakery de la cité des anges, « un anti Starbucks ». Et l’entrepreneur a les yeux plus gros que le ventre : il prévoit une vingtaine d’ouvertures aux Etats-Unis en 2018.

Le Petit Paris, en version XXL

« C’est de la folie ! » Cette phrase a été rabâchée encore et encore aux Cannois Fanny et David Rolland, quand ils ont décidé d’investir leurs économies, plus de 3 millions de dollars, pour ouvrir Le Petit Paris à Los Angeles en septembre 2015.

Le couple s’est heurté à de nombreux obstacles : deux ans de travaux, des démarches administratives à rallonge, l’obligation de payer « cash »…

S’investissant sans relâche pour remplir leur brasserie chic de 300 couverts, ils continuent tout de même les allers-retours à Cannes, où ils ont gardé leurs établissements Le Petit Paris et Miramar Plage. « L’aventure californienne, on l’a, mais pas encore le rêve américain », expliquent-ils.