VIDEO. Près de Grasse, Chanel fait refleurir la tubéreuse

PATRIMOINE Presque oubliée sur la Côte d’Azur, la culture de cette fleur entêtante, qui entre notamment dans la composition du parfum Gabrielle, est repartie à Pégomas…

Fabien Binacchi

— 

La récolte de la tubéreuse dure d'août à octobre
La récolte de la tubéreuse dure d'août à octobre — F. Binacchi / ANP / 20 Minutes
  • A Pégomas, près de Grasse, Chanel fait pousser de la tubéreuse, une fleur au parfum entêtant presque oubliée sur la Côte d’Azur.
  • Les fleurs cultivées sur les champs d’une illustre famille d’horticulteurs, en partenariat exclusif avec la maison de luxe, entre notamment dans la composition du parfum Gabrielle.

Récoltées à la main, une par une, les délicates fleurs blanches sont enfermées dans des sacs en toile de jute. Prêtes à être transformées en précieux élixir. « On est dans la pleine saison. Elle se cueille entre août et octobre », explique Joseph Mul, sur les 20 ha de son exploitation. Elle, c’est l’entêtante tubéreuse. Et c’est dans les champs de cet horticulteur issu d’une illustre famille azuréenne, à Pégomas, que Chanel la fait pousser. Pour Gabrielle, son dernier jus, notamment.

De retour depuis 2011

Quasi abandonnée sur la Côte d’Azur, la culture de cette fleur, considérée comme la plus parfumée du règne végétal, a fait son retour en 2011 en pays de Grasse, à l’initiative de la maison de luxe.

La tubéreuse est la fleur la plus parfumée du règne végétal
La tubéreuse est la fleur la plus parfumée du règne végétal - F. Binacchi / ANP / 20 Minutes

« Le dernier producteur voulait se débarrasser de ses derniers bulbes de tubéreuse. Nous avons sauté sur l’occasion », raconte Fabrice Bianchi, le directeur d’exploitation.

>> A lire aussi : Comme Nice et Cannes, Grasse est candidate à l'Unesco, pour ses parfums

Six ans plus tard, son extrait, fabriqué directement sur cette parcelle dévolue en exclusivité à la marque aux deux C, est donc l’une des stars du parfum Gabrielle. Avec du jasmin, de l’ylang-ylang et de la fleur d’oranger, tous produits à l’étranger.

>> A lire aussi : C'est dans ces hectares que Chanel fabrique ses nectars

Des procédés uniques d’extraction

La tubéreuse qui le compose, elle, est bien made in Côte d’Azur. « Les essences exotiques de cette fleur sont très différentes de celles que l’on arrive à obtenir ici, avance Olivier Polge, le nez de la maison parisienne. Il y a une question de terroir bien sûr. Mais ces champs de Pégomas sont aussi pour nous un véritable lieu d’expérimentation. »

La récolte est supervisée par Fabrice Bianchi, Olivier Polge et Joseph Mul
La récolte est supervisée par Fabrice Bianchi, Olivier Polge et Joseph Mul - F. Binacchi / ANP / 20 Minutes

« Nous avons un laboratoire directement sur place qui nous permet de jouer sur la distillation. Nous avons développé une manière d’extraction qui lui donne une identité différente. » Les secrets de fabrication resteront bien gardés.