Attentat de Nice: Deux familles de victimes vont pouvoir visionner les images du camion

JUSTICE Les parents de deux étudiants ukrainien et estonien, tués le 14 juillet 2016, ont obtenu le droit d’accéder à ces scellés sensibles…

Fabien Binacchi
— 
Le camion utilisé par un terroriste pour tuer 84 personnes sur la Promenade des Anglais, à Nice.
Le camion utilisé par un terroriste pour tuer 84 personnes sur la Promenade des Anglais, à Nice. — ANNE-CHRISTINE POUJOULAT / AFP

Ils vont avoir accès aux images de l’attentat qui leur a enlevé leur fils. Les parents de deux étudiants ukrainien et estonien, tués le soir du 14 juillet  2016 à Nice, ont obtenu le droit de visionner les images de vidéosurveillance qui ont capté la course du camion meurtrier, a indiqué à 20 Minutes leur avocate, confirmant une information de  RTL.

Malgré les mises en garde des magistrats sur le « choc immense » que pourrait représenter le visionnage de ces vidéos, ces deux familles ont demandé à voir l’instant précis où le poids lourd a fauché leurs enfants, âgés de 22 et 25 ans, sur la promenade des Anglais.

>> A lire aussi : Attentat de Nice: Un an après, où en est l’enquête?

« C’est une manière d’accompagner leur enfant »

« Je n’ai pas à décider du choix de mes clients. Ils en ont le droit. Ces vidéos font partie intégrante du dossier et leur détermination à les consulter était infaillible, a précisé Me Samia Maktouf à 20 Minutes. Pour eux, c’est une manière d’accompagner leur enfant. Il n’y a absolument rien d’ostentatoire dans leur démarche. »

>> A lire aussi : Les familles de victimes de l'attentat ont rencontré les juges antiterrorites

Lors d’une réunion organisée à Paris pendant l’été entre les juges d’instruction antiterroristes et des familles de victimes étrangères ou résidentes hors de la région Paca, ces ressortissants ukrainien et estonien avaient déjà témoigné de leur volonté de consulter ces images. Selon nos informations, ils l’avaient également évoqué directement avec le président de la République Emmanuel Macron lors d’une rencontre.

Un visionnage dans un cadre très strict

Leur demande a finalement été acceptée. Selon la législation, les parties civiles ont en effet accès à l’intégralité des pièces du dossier. Le visionnage aura lieu au parquet antiterroriste de Paris, dans un cadre très strict. Le film sera extrait des scellés uniquement le temps de la séance avant de retourner à sa confidentialité.

>> A lire aussi : VIDEO. Lutte contre le terrorisme: Marine Brenier réclame une commission d'enquête

Les familles concernées n’attendent plus qu’une date. « Ils sont en train d’organiser leur venue jusqu’à Paris », a indiqué Me Samia Maktouf.