Côte d’Azur: Les projets pénitentiaires niçois «dans les toutes premières priorités» selon la ministre de la Justice

PRISONS La reconstruction de la maison d’arrêt de Nice, un nouvel établissement dans la plaine du Var et un espace de réinsertion sont prévus…

Fabien Binacchi

— 

La ministre de la Justice Nicole Belloubet, le 25 septembre 2017 à Nice
La ministre de la Justice Nicole Belloubet, le 25 septembre 2017 à Nice — F. Binacchi / ANP / 20 Minutes
  • La ministre de la Justice Nicole Belloubet a assuré ce lundi à Nice que les projets niçois de nouvelles maisons d’arrêt étaient « dans les toutes premières priorités ».
  • Le calendrier de réalisation n’est cependant pas encore totalement bouclé.

Leur calendrier de réalisation n’est pas encore « complètement achevé », mais au moins, les projets azuréens de nouvelles prisons seraient en haut de la pile, a indiqué la ministre de la Justice en marge d’une visite dans la capitale azuréenne, ce lundi matin.

« Mes services m’ont assuré que Nice était dans les toutes premières priorités », a souligné Nicole Belloubet, venu rencontrer les acteurs de l’accompagnement des victimes de l’attentat de la promenade des Anglais.

Rénovation de l’existant et nouvelle prison

La nouvelle garde des Sceaux a également assuré que le plan annoncé en février dernier par son anté-prédécesseur Jean-Jacques Urvoas serait entièrement respecté.

Avec « la rénovation de la maison d’arrêt de Nice et la construction d’une maison d’arrêt dans la communauté d’agglomération et aussi d’un quartier de préparation à la sortie », a-t-elle rappelé.

>> A lire aussi : La nouvelle prison s'implantera finalement dans la plaine du Var

Un lieu dédié à la réinsertion

Une nouvelle prison de 650 places doit ainsi être construite sur un terrain situé à cheval entre Saint-Laurent-du-Var et La Gaude, sur la rive droite du Var. Un autre espace devra accueillir, à proximité de l’actuel centre pénitentiaire niçois, un lieu destiné à la réinsertion des personnes en fin de peine.

La maison d’arrêt de Nice est l’une des plus surpeuplée de France avec jusqu’à 670 détenus pour 363 places. Soit un taux d’occupation dépassant souvent les 185 %.