Nice: Ils veulent créer un festival itinérant à la voile, de Marseille à Lesbos

CULTURE Les deux Niçois joueront, à bord de leur voilier, un spectacle écrit sur l’« Aquarius », le bateau qui vient en aide aux migrants…

Mathilde Frénois

— 

Mandine Guillaume, co-auteur, a écrit un pièce de théâtre à partir de bouteilles jetées à la mer par des sauveteurs et des migrants à bord de l'Aquarius.
Mandine Guillaume, co-auteur, a écrit un pièce de théâtre à partir de bouteilles jetées à la mer par des sauveteurs et des migrants à bord de l'Aquarius. — M. Frénois / ANP / 20 Minutes
  • Mandine Guillaume et Emilien Urbach ont lancé un crowdfunding, qui se termine mardi, pour récolter 10.000 euros.
  • Ils espèrent prendre la mer au printemps.

C’est un projet qui prend forme goutte après goutte, pour un jour voguer sur les flots. A Nice, deux comédiens vont lancer un festival itinérant à la voile. Pour que leur voyage culturel puisse commencer, Mandine Guillaume et Emilien Urbach ont mis en place un financement participatif afin d’acheter le voilier qui se transformera en scène pour accueillir leur théâtre ambulant. Objectif : récolter 10.000 euros avant mardi 20 septembre.

Sur le pont de leur bateau, les deux Azuréens joueront le spectacle Eclaboussure : « Cette pièce est un mythe méditerranéen. Elle a été écrite à partir de bouteilles à la mer envoyées depuis l’Aquarius [le bateau de l’ONG  SOS Méditerranée]. Le spectacle questionne la solidarité en Méditerranée », raconte Mandine Guillaume.

Un hommage aux sauveteurs en mer

Les deux comédiens et metteurs en scène des compagnies Arnika et Sîn ne se sont pas contentés d’embarquer pendant trois semaines sur l’Aquarius. Née à Menton, Mandine Guillaume a, par exemple, longtemps voyager avec un spectacle de « marionnettes qui passent les frontières » de la Bosnie à l’Egypte en passant par la Palestine. « Je travaille sur l’écriture du réel depuis près de quinze ans », dit-elle.

Si tout se passe bien, le vent gonflera les voiles du bateau culturel en mai 2018. Jusqu’à l’automne prochain, une dizaine d’escales (et de représentations) sont prévues entre Marseille et Lesbos, en passant par la frontière franco-italienne à Menton. Dans chaque port, citoyens, humanitaires et réfugiés assisteront à la pièce de théâtre « en hommage aux sauveteurs en mer ».

Mais Mandine tient à préciser qu’elle « ne se trompe pas de combat » : « Si la culture est importante dans leur quotidien, la seule chose dont ont besoin les réfugiés, c’est que l’Europe les accueille dignement », estime-t-elle. Et cela passe aussi par l’accès au monde du spectacle.