Nice: Une boutique habille les écoliers avec ses blouses depuis 80 ans

RENTREE SCOLAIRE Le magasin niçois, qui a équipé trois générations, vend entre 3.000 et 4.000 tabliers par rentrée scolaire…

Mathilde Frénois

— 

Chez Le Roi du tablier, le Niçois Pierre Testory vend entre 3.000 et 4.000 blouses par rentrée scolaire.
Chez Le Roi du tablier, le Niçois Pierre Testory vend entre 3.000 et 4.000 blouses par rentrée scolaire. — M. Frénois / ANP / 20 Minutes
  • Le Roi du tablier est installé depuis 1933 dans la rue Barla de Nice.
  • Personnalisé, chaque tablier est vendu entre 28 et 30 euros.

Dans son cartable, Madeleine a déjà ses « feuilles, cahiers et crayons ». Mais la future écolière n’en a pas fini avec la corvée des fournitures scolaires. Son établissement imposant le port de la blouse, c’est chez le spécialiste niçois des tenues professionnelles qu’elle essaye ses nouveaux habits.

Depuis 80 ans, le magasin Le Roi du tablier habille les enfants à la rentrée scolaire. « On a déjà équipé trois générations de Niçois, compte Pierre Testory, patron de la boutique ouverte en 1933 dans la rue Barla, à Nice. Sur les mois d’août et de septembre, on vend entre 3.000 et 4.000 blouses. »

>> A lire aussi : Nice: Une boutique dédiée au stylo aide les élèves à trouver leur plume

Le prénom brodé

Madeleine, deux ans et demi, a sélectionné une longue blouse avec des poches et des cœurs roses. Pour la couleur, elle n’a pas eu le choix. C’est jaune et sans carreaux Vichy pour tous ses camarades de classe, « chose impossible à trouver en grande surface, assure sa maman Ludivine. J’ai fait une investigation dans tous les supermarchés avant de trouver le modèle qui convient. »

C’est que Pierre Testory fait du sur-mesure. Vendues entre 28 et 30 euros, ses blouses sont déclinées de toutes les couleurs, en débardeur ou à manches longues, et personnalisées. « On brode les prénoms des enfants et on rajoute des logos qui changent chaque année : des danseuses, des nounours, des poupées et des footballeurs », énumère le patron devant la machine à coudre.

Aussi pour les infirmiers et les cuisiniers

De l’autre côté du comptoir, François et sa maman viennent chercher une commande dans cette « institution » pour une rentrée en maternelle. Il a choisi un avion sur la blouse pour se démarquer de celles de ses camarades achetées… en grande surface.

Leurs études terminées, Madeleine et François deviendront peut-être infirmier(e) ou cuisinier(e). Les deux Niçois retourneront alors s’équiper au Roi du tablier : la boutique fabrique également des tenues professionnelles. « Nous sommes aussi spécialistes des blouses pour les métiers de la santé, dans les cuisines et pour les chantiers », précise Pierre Testory. 

>> A lire aussi : Côte d'Azur: Le département des Alpes-Maritimes barricade ses collégiens