Nice: Un policier est suspecté d'avoir fait passer la frontière franco-italienne à des migrants contre de l'argent

JUSTICE Un service illégal qu'il facturait 250 euros par passager... 

M.Fr. avec AFP
— 
Un contrôle au péage de la Turbie, à la frontière franco-italienn.
Un contrôle au péage de la Turbie, à la frontière franco-italienn. — M. Frénois
  • Les premiers passages du policier avec des migrants remonteraient au mois de mai
  • Il s’est fait interpeller au péage de la Turbie dans la nuit de vendredi à samedi

Dans sa voiture, il aurait fait passer la frontière franco-italienne à des migrants contre rémunération. Un policier de la Direction départementale de la sécurité publique des Alpes-Maritimes devait être jugé en comparution immédiate lundi. L’affaire a été qualifiée de « gravissime » par le procureur de la République de Nice Jean-Michel Prêtre.

Cet employé du PC radio et passeur présumé a été interpellé au péage de La Turbie, près de Nice, sur l’autoroute dans la nuit de vendredi à samedi, selon la même source. Selon les premiers éléments d’enquête cités par le procureur, l’homme se faisait rémunérer 250 euros par passage et ses premiers passages remontent à début mai.

Plus d’un mort par mois depuis septembre

La région entre Vintimille et Menton voit transiter depuis 2014 des milliers de migrants débarqués en Italie et cherchant à gagner le nord de l’Europe. Les contrôles côté français n’ont cessé de se durcir pour renvoyer en Italie les migrants qui passent ou tentent de passer malgré les dangers (plus d’un mort par mois depuis septembre). Il y a des barrages filtrants, des patrouilles de gendarmes, policiers et militaires, des contrôles dans les trains et des interpellations chaque jour (110 par jour depuis janvier), auxquels les migrants tentent d’échapper par tous les moyens.

Dimanche, le ministre italien de l’Intérieur a appelé les pays européens à ouvrir leurs ports aux bateaux secourant les migrants pour alléger la pression sur Rome. L’Italie se plaint d’être livrée à elle-même face à la crise migratoire et appelle ses partenaires européens à davantage de solidarité. Le pays a enregistré depuis le début de l’année plus de 83.000 arrivées de migrants, en hausse de plus de 19 % sur la même période en 2016, en provenance de Libye pour la plupart.