Nice: Face à l'afflux de migrants, des associations réclament un médiateur

FRONTIERE «On attend que l’Etat joue son rôle», ont pointé mardi des militants qui accompagnaient des demandeurs d’asile dans leurs démarches…

F.Bi. avec AFP

— 

Des migrants attendent devant le Forum réfugiés de Nice pour déposer une demande d'asile, le 29 mai 2017
Des migrants attendent devant le Forum réfugiés de Nice pour déposer une demande d'asile, le 29 mai 2017 — M. Frénois / ANP / 20 Minutes

Ils sont arrivés par le train depuis Breil-sur-Roya (Alpes-Maritimes), en compagnie de 83 demandeurs d’asile. Alors qu’ils les accompagnaient pour les aider dans leur prédemande d’asile, mardi à Nice, les responsables des associations Roya Citoyenne et Tous Citoyens ! ont réclamé du gouvernement la désignation d'« un médiateur » face à l’afflux de migrants africains à la frontière franco-italienne et à l'« inaction » des pouvoirs publics locaux.

« On attend que l’Etat joue son rôle. Les gens ne sont pas des cartons, des paquets, ils doivent être traités en tant que personnes. On demande au ministre de l’Intérieur de nommer un nouveau préfet ou un médiateur », a insisté l’agriculteur Cédric Herrou, l’un des porte-parole de Roya Citoyenne devant la gare de Nice.

C’est la troisième fois en quinze jours que des associations accompagnent ainsi des demandeurs d’asile pour les aider à entamer des démarches administratives. « On ne peut pas continuer comme ça. On veut un centre d’accueil », a aussi demandé Me Mireille Damiano, avocate de l’association Roya Citoyenne.

>> A lire aussi : Une nouvelle «journée de galère» pour 67 migrants demandant l'asile à Nice

Il arrive « entre 120 et 150 migrants par semaine »

Depuis fin 2015, la frontière franco-italienne est fermée et les contrôles sans cesse renforcés, y compris la nuit, les forces de l’ordre intervenant avec des équipements infrarouges et un drone. Il arrive néanmoins « 120 à 150 migrants par semaine en ce moment », pointe l’association Roya Citoyenne.

"Le préfet [condamné fin mars pour atteinte au droit d’asile] ne joue pas son rôle. On demande une vraie concertation. On risque d’avoir un flux continu durant l’été", a redouté aussi sur place David Nakache, le président de l’association Tous Citoyens ! Comment allons-nous faire ? »

La préfecture des Alpes-Maritimes a confirmé avoir reçu une demande d’audition interassociative, sans suite pour l’instant. En attendant, plusieurs groupes de migrants ont pu déposer leur prédemande d’asile dans la matinée.