Législatives: Mazarine est en campagne sur le terrain... du comique

HUMOUR La clown fait des sketchs sur la thématique politique…

Mathilde Frénois

— 

Costume ajusté, le clown Mazarine parcourt les rues des villages en quête de sujets politiques.
Costume ajusté, le clown Mazarine parcourt les rues des villages en quête de sujets politiques. — R. Masseglia
  • Nathalie Masséglia incarne ce personnage depuis quinze ans.
  • L’Azuréenne utilise l’univers du comique critique pour rire de la politique.

Elle a le chignon tiré et le costume ajusté. De grandes lunettes et un trait d’eye-liner. Mazarine présente le look de la parfaite candidate. Ça tombe bien : elle tente sa chance à toutes les élections (fictives) et parcourt les villages à la rencontre d’électeurs pour des meetings qu’elle tient… sur scène. C’est que Mazarine est un personnage de théâtre.

Depuis 15 ans, Nathalie Masséglia, de la compagnie de l’Arpette, monte sur les planches avec son clown (très) politisé. « Mazarine est autoritaire, lâche et profondément du Sud-Est de la France », résume-t-elle, misant sur le comique critique. « Dans ses meetings, elle essaye de prendre conscience de la peur ambiante, qui varie au fil des années : celle des Roms, des réfugiés, voire des homosexuels. »

Les crottes de chiens

Mazarine a tenté de s’inscrire sur les listes de l’élection municipale à Breil. Mais, faute de colistiers, la clown y a renoncé. Pendant les législatives, elle se concentre sur l’Hérault. « Chez eux, pas de soucis de réfugiés. Mais toujours le problème des crottes de chien. C’est le fléau universel », admet-elle.

Peut-on rire de la politique ? Mazarine assume. Elle débarque sur scène avec son écharpe tricolore. « Certains partent en courant car, pour eux, le drapeau bleu blanc rouge n’appartient qu’à une partie de la population », déplore celle qui poursuivra ses meetings comiques cet été, bien après le suffrage, à la Roquette et à Valbonne.