Festival de Cannes: Avec Roger Bastoni, dans les coulisses de la conciergerie d’un palace

HOTELLERIE Pendant toute la durée de la grand-messe du cinéma, cette figure du Majestic n’a pas chômé…

Fabien Binacchi

— 

Roger Bastoni (à d.) travaille avec son fils Gilles, prêt à prendre la relève
Roger Bastoni (à d.) travaille avec son fils Gilles, prêt à prendre la relève — F. Binacchi / ANP / 20 Minutes
  • Roger Bastoni, 70 ans, est le chef-concierge de l'hôtel Majestic, sur la Croisette.
  • Pendant le Festival de Cannes, il gère une équipe de 40 personnes, qui doivent répondre à (presque) toutes les demandes des clients du palace.

Derrière son comptoir doré de l'hôtel Majestic, Roger Bastoni livre bien volontiers quelques anecdotes sur son travail. Mais pas question pour lui de dévoiler le nom de ses prestigieux clients. « La discrétion est au cœur de la vie d’un concierge de palace », confie ce Clef d’or de l’établissement de la Croisette.

Comme pour ce très riche propriétaire de yacht dont-il-ne-dit-pas-le-nom et qui avait occupé son service lors d’un précédent Festival de Cannes.

« Chaque jour, il nous demandait d’aller lui acheter un nouveau smoking sur mesure et tous ses accessoires, dont une montre, dans des enseignes de luxe. Sa collaboratrice avait fini par nous dire qu’il ne mettait rien plus d’une fois », raconte cette figure de l’hôtellerie azuréenne.

Dans la limite de la légalité

Redécorer une suite, trouver les mets les plus exotiques... « Dans la limite de la légalité bien sûr, il faut pouvoir satisfaire tous les désirs », explique Roger Bastoni, toujours fringant à 70 ans.

>> A lire aussi : Des stars à la pelle sur sa banquette arrière

A chaque mois de mai, c’est en tout cas la même frénésie qui entraîne la conciergerie du Majestic et ses 40 employés (31 normalement). « Je gère bien les congés pour que chacun puisse arriver au bout de la quinzaine », plaisante-il.

>> A lire aussi : Les projos au Palais des festivals, c’était lui, et c’est sa dernière séance

Lui dit ne pas encore avoir arrêté de date pour ses « grandes vacances ». « Je ne me sens toujours pas blasé par le festival qui m’a apporté tant de souvenirs, glisse Roger Bastoni. Il y a quelques années, un producteur débutant dormait dans notre hall. Aujourd’hui, il est l’un des plus puissants au monde. » Mais de qui s’agit-il ? Le concierge est resté (bien évidemment) bouche cousue.