Nice: Quatre retraités de la Roya jugés pour aide aux migrants, du sursis requis

JUSTICE Ils avaient tenté de faire contourner à six migrants un barrage policier… 

Mathilde Frénois

— 

Quatre habitants de la vallée de la Roya étaient jugés ce mardi pour aide à la circulation de personnes en situation irrégulière.
Quatre habitants de la vallée de la Roya étaient jugés ce mardi pour aide à la circulation de personnes en situation irrégulière. — M .Frénois / ANP / 20 Minutes
  • La procureur de la République a requis 800 euros d’amende avec sursis.
  • Les quatre accusés ont reconnu les faits reprochés.

Dès leur interpellation, ils se sont surnommés « la brochette de papis-mamies ». Depuis, le mot est resté. Quatre mois après ce jour de janvier où ils ont tenté de faire éviter le barrage policier de Sospel à six migrants, quatre retraités se sont retrouvés, mardi, à la barre du tribunal correctionnel de Nice.

Le 6 mai, suite à une dénonciation, deux véhicules sont interceptés par les gendarmes à Sospel. A leur bord, Daniel Oudin, Gérard Bonnet, René Dahon, Françoise Gogois et six migrants. « Il faisait froid, se rappelle René Dahon. Ces personnes étaient sous des tentes chez Cédric Herrou. Nous voulions mettre à l’abri dans des hébergements de l’autre vallée. »

>> A lire aussi : Migrants: Le sort réservé aux mineurs entre la France et l'Italie pointé du doigt

Aide à la circulation

Mais un barrage policier est positionné entre les deux vallées. Les quatre azuréens ont donc fait cheminer les migrants sur un sentier pour les récupérer de l’autre côté du contrôle, après l’avoir passé à vide. « Cette désobéissance s’est imposée à mes clients car il n’y avait pas d’autre moyen d’aider ces personnes, estime leur avocate Me Maeva Binimelis. Par la résistance, on protège la liberté. »

Ne retenant que le délit d’aide à la circulation, la procureur de la République de Nice a requis 800 euros d’amende avec sursis.

Bientôt des appels

D’autres procès pour aide à l’entrée, à la circulation et au séjour de personnes en situation irrégulière s’étaient tenus au tribunal de Nice, notamment ceux de Pierre-Alain Manonni et Cédric Herrou.

Pour tous les deux, le parquet avait fait appel. Relaxé en première instance, Pierre-Alain Mannoni a vu sa nouvelle audience fixée au 26 juin à Aix. Pour Cédric Herrou, l’appel se tiendra le 19 juin.

>> A lire aussi : Aide aux migrants: L'agriculteur Cédric Herrou condamné à 3.000 euros d'amende avec sursis