Nice: Quel bilan pour Philippe Pradal, le maire de Nice qui a passé un an dans l'ombre?

POLITIQUE Il a démissionné de son siège d’édile de la capitale azuréenne…

Mathilde Frénois

— 

Philippe Pradal avait succédé à Christian Estrosi en juin 2016.
Philippe Pradal avait succédé à Christian Estrosi en juin 2016. — M. Frénois / ANP / 20 Minutes
  • Christian Estrosi souhaitant reprendre les rênes de la ville, Philippe Pradal devrait redevenir premier adjoint.
  • La manœuvre doit encore être entérinée en conseil municipal lundi.

Il va perdre son fauteuil de maire. Elu en juin 2016 à la tête de la ville de Nice, Philippe Pradal devrait redevenir adjoint, Christian Estrosi souhaitant reprendre les rênes de la capitale azuréenne. La manœuvre doit encore être entérinée en conseil municipal lundi.

Mais qui est Philippe Pradal et quelle aura été son action pendant ces onze mois ? Des questions auxquelles les Niçois ont dû mal à répondre. « Je ne connais que son nom », assume Roland, cuisinier à la retraite. « C’est vrai que le maire actuel est effacé. Estrosi prend toujours sa place », regrette, de son côté, Ida.

>> A lire aussi : Nice: Christian Estrosi démissionne de la présidence de la région Paca pour redevenir maire de Nice

« Servir ma ville »

Pourtant, Philippe Pradal est élu au conseil municipal de Nice depuis 2008 et a été désigné premier adjoint en 2013 avant de devenir maire en 2016. Surnommé « homme de paille de Christian Estrosi » par les uns, « maire fantôme » par d’autres, il s’en défend. « Le fait de ne pas avoir cherché la lumière ne m’a pas empêché de travailler. Je n’ai pas d’ambition personnelle, uniquement celle de servir ma ville », confie-t-il.

Il n’a pas réussi à imprégner sa patte ni à percer médiatiquement, mais l’attentat du 14 juillet a occupé son « court mandat ». « Un événement a occulté les autres. Et toute mon action a été dans l’accompagnement de la résilience », dit-il. « C’est un homme qui a d’énormes qualités humaines qu’il n’a pas eu l’opportunité et le temps de mettre en avant », reconnaît l’élue de l’opposition Dominique Boy Mottard.

>> A lire aussi : Nice: L'opposition fustige Estrosi, qui n'est plus maire mais fait tout comme

Lancé dans la continuité du mandat et dans l’ombre de son prédécesseur (et successeur), Estrosi, Pradal n’a porté seul ni projet ni mesure. « C’est un binôme, insiste l’élu Gaël Nofri. Philippe Pradal a poursuivi l’effort de Christian Estrosi. » Des rôles qui devraient à nouveau s’inverser lundi.