Présidentielle: A Antibes, les militants FN draguent tous azimuts les électeurs de Fillon

REPORTAGE Dans les Alpes-Maritimes, les tractages sont concentrés sur les zones où Marine Le Pen est arrivée loin derrière le candidat Les Républicains…

Fabien Binacchi

— 

Lionel Tivoli, le secrétaire départemental 06 du FN, lors d'un tractage le 2 mai 2017 à Antibes
Lionel Tivoli, le secrétaire départemental 06 du FN, lors d'un tractage le 2 mai 2017 à Antibes — F. Binacchi / ANP / 20 Minutes
  • « 20 Minutes » a suivi un tractage dans les rues d’Antibes
  • Les militants FN estiment « qu’il y a beaucoup de voix de la droite à capter »

Ils ne lâchent plus le pavé. Depuis les résultats du premier tour, les militants FN d’Antibes sortent « tous les jours » distribuer des tracts pour Marine Le Pen. C’est qu’ici, « il y a beaucoup de voix de la droite à capter », lâche Lionel Tivoli.

Le secrétaire départemental du Front national emmène ce petit groupe de supporters, qui sera là encore tous les jours. Jusqu’à vendredi. « On va s’employer à séduire l’électorat de François Fillon », glisse l’élu municipal et régional.

« Marge de progression »

Le 23 avril, sa candidate est arrivée en tête du premier tour dans les Alpes-Maritimes. Mais pas à Antibes, où elle a été battue (23,99 %) par le représentant des Républicains (31,61 %), mais pas par Emmanuel Macron (20,57 %). « Il y a une grosse marge de progression », analysent les militants. Alors ça drague tous azimuts.

Mardi encore, ils ont arpenté la place De-Gaulle, la rue de la République et le boulevard du Président-Wilson. Avec plus ou moins de succès. Il y a les « non surtout pas ça », les « sûrement pas » et beaucoup de regards fermés.

Au début de la tournée de la petite équipe - quatre militants emmenés par Lionel Tivoli, les programmes de « Marine » s’écoulent plutôt mal, malgré la bonne volonté (et l’allant) de Marie-Rose Dusé, une fidèle. « En tout cas, ce qui a changé, c’est qu’on a plus de réactions vraiment hostiles. On sent qu’il y a eu une espèce de prise de conscience », juge-t-elle.

Le FN occupe le terrain

Un peu plus loin, entre les touristes de passage, certains Antibois tendent plus volontiers le bras. Là, un clin d’œil approbateur. Plus loin, avec quelques mots : « Je le prends mais, de toute façon, je suis déjà convaincue », crie cette dame.

>> A lire aussi : Marine Le Pen en tête, le PS relégué en 6e position dans les Alpes-Maritimes au premier tour de l'élection présidentielle

Une voiture arrête les militants. « Je vous soutiens à fond mais je n’y crois pas pour cette année », se désole un automobiliste. Pas de quoi entamer l’optimisme collectif.

D’autant plus que les frontistes semblent occuper seuls le terrain. « Depuis le début de la campagne, je n’ai vu qu’une seule fois des militants En Marche ! », assure Lionel Tivoli.

>> Qui d'Emmanuel Macron ou de Marine Le Pen correspond le mieux à vos idées ? Testez notre boussole ici dans sa version optimisée ou ci-dessous.

​​