Selon un classement anglais, un restaurant de Menton est le 4e meilleur au monde

GASTRONOMIE Le restaurant de Mauro Colagreco ne cesse de gagner des places dans le célèbre palmarès du magazine britannique «Restaurant»...

Fabien Binacchi
— 
Mauro Colagreco a repris les cuisines du Mirazur, à l'est de Menton, en 2006.
Mauro Colagreco a repris les cuisines du Mirazur, à l'est de Menton, en 2006. — Archives F. Binacchi / ANP / 20 Minutes

Jusqu’où ira-t-il ? Onzième en 2015, sixième l’an dernier, le Mirazur, le restaurant de Mauro Colagreco à Menton (Alpes-Maritimes), a décroché ce mercredi la quatrième place du classement annuel  The world’s 50 best -les 50 meilleurs du monde- créé par le magazine britannique Restaurant.

Il est ainsi, comme chaque année depuis 2014, le premier établissement français de ce palmarès créé en 2002 et souvent contesté par le microcosme de la gastronomie tricolore, qui lui reproche un certain manque de transparence.

Le classement est dominé cette année par le new-yorkais Eleven Madison Park. Le premier de l’an dernier, Osteria Francescana, à Modène, a de son côté pris la seconde place, talonné par le restaurant espagnol El Celler De Can Roca (Girone).

>> A lire aussi : Déjà en 2014, la meilleure table de France était à Menton

Cinq restaurants parisiens dans le classement

« C’est magnifique. On est tous en train de vivre ça avec beaucoup d’émotion », a réagi Mauro Colagreco, ce mercredi depuis Melbourne (Australie) où il assistait au dévoilement du palmarès. « C’est le fruit d’un énorme travail que l’on accomplit tous les jours », a aussi expliqué à 20 Minutes le chef d’origine argentine de 40 ans, salué par deux étoiles au guide Michelin.

Cinq autres établissements français, tous situés à Paris, se classent également dans cette liste des 50 meilleurs restaurants au monde. Six établissements hexagonaux figurent donc dans ce palmarès, qui n’en comportait que trois l’an dernier.

L’Arpège d’Alain Passard est 12e devant Alain Ducasse au Plaza Athénée (13e), Alléno Paris au Pavillon Ledoyen (31e), Septime de Bertrand Grébaut (Paris, 35e) et  L’Astrance de Pascal Barbot (46e). Septime décroche par ailleurs le Sustainable restaurant award 2017 qui récompense un établissment engagé dans une démarche de développement durable.

«C’est un honneur et une responsabilité énorme de représenter ainsi la gastronomie de la France, le pays qui m’a donné la chance de m’exprimer », a également confié Mauro Colagreco. Le chef vient de fêter les dix ans de son Mirazur, situé à quelques mètres seulement de la frontière italienne, à flanc de falaise au-dessus de la Méditerranée.