Attentat de Nice: Une information judiciaire ouverte pour enquêter sur les failles du dispositif de sécurité

JUSTICE Une information judiciaire a été ouverte suite à la plainte des parents d’un enfant de 4 ans tué durant l’attaque…

Fabien Binacchi

— 

Des hommages aux victimes sur la promenade des Anglais
Des hommages aux victimes sur la promenade des Anglais — 20 minutes - Slideshow

Ils vont avoir à se pencher sur d’éventuelles failles du dispositif de sécurité mis en place le soir du 14 juillet 2016 sur la promenade des Anglais. Deux magistrats instructeurs viennent d’être nommés dans le cadre de l’ouverture d’une information judiciaire sur l’attentat de Nice, a confirmé le procureur de la République ce mercredi à 20 Minutes.

Jean-Michel-Prêtre avait annoncé dès lundi le lancement « imminent » de cette nouvelle procédure suite à la réception de deux plaintes avec constitution de partie civile des parents de Yanis, un enfant de 4 ans tué dans l’attaque.

>> A lire aussi : Une famille veut une enquête sur la sécurité menée par des juges, après l'attentat de Nice

Un classement sans suite mi-janvier

« Je ne vois pas pourquoi je m’opposerai à l’ouverture d’une information judiciaire car elle est parfaitement recevable », précisait alors Jean-Michel Prêtre, expliquant avoir « demandé qu’il y ait plusieurs juges d’instruction qui soient saisis ».

Le procureur de la République de Nice avait décidé mi-janvier du classement sans suite de plusieurs plaintes déjà déposées par des proches de victimes. Leur action visait également la mairie et l’Etat, organisateurs de la sécurité le soir de la fête nationale.

>> A lire aussi : Après l'attentat de Nice, les plaintes de victimes contre l'Etat et la mairie classées sans suite

Ouverte à Nice mais bientôt « dépaysée » ?

Les parents de Yanis ont demandé le dépaysement de cette nouvelle procédure, leur avocat accusant le parquet de Nice de blocage. Me Yassine Bouzrou pointe notamment les liens de travail du parquet avec la mairie et la préfecture, notamment au moment des réunions préparatoires sur les risques d’attentat avant le 14 juillet.

L’information judiciaire lancée ce mercredi à Nice pourrait donc se poursuivre ailleurs si la cour d’appel d’Aix-en-Provence, qui doit statuer dans les tout prochains jours sur un éventuel dépaysement, le décidait.