Coupe de France: L’aventure de l'Etoile de Fréjus s’arrête là

FOOTBALL Fréjus a été battu par Guingamp (0-1) en quart de finale...

Fabien Binacchi
— 
Neupoc Mendy, ici lors du trente-deuxième de finale de Coupe de France.
Neupoc Mendy, ici lors du trente-deuxième de finale de Coupe de France. — Etoile Fréjus-Saint-Raphaël

Ils partaient avec trois divisions d’écart. Leur stade n’était pas aux normes pour l’événement. L’exploit aurait été de taille. Mais non, mardi soir dans un match délocalisé à Cannes, les Varois n’ont pas pu compter sur leur bonne « Étoile » face à l’En avant Guingamp. Non sans avoir bataillé, le club de Fréjus -Saint-Raphaël (CFA) a été logiquement éliminé (0-1) des quarts de finale de la Coupe de France, par l’actuel 8e de la Ligue 1.

  • Le « petit poucet » y a cru

Vainqueur d'Auxerre (L2) en 8e, Fréjus a bien cru pouvoir renouveler le miracle mardi soir. Et l’a montré d’emblée. Dès la 3e minute. Puis à la 18e. Avec Karim Tlili, l’Etoile se créait deux bonnes occasions de miner les Bretons. Sous pression les deux tiers de la première période, ces derniers reprenaient ensuite l’ascendant.


  • Alexandre Mendy, M. Coupe

Les grosses actions venaient ensuite de Guingamp. Et logiquement, un but, un seul, a fini par stopper la folle épopée varoise, dont Alexandre Mendy sonnait le glas à la 50e. Son troisième but dans cette compétition. « On rectifie le tir en deuxième mi-temps, mais Fréjus a été dangereux jusqu’au bout, a jugé Antoine Kombouaré. On n’est pas très contents de notre prestation mais, au moins on est en demi-finale ».


  • Un succès populaire

Devant 5.000 supporters chauffés à blanc dans les tribunes du stade Pierre-de-Coubertin, les Varois « ont vraiment donné tout ce qu’ils avaient », selon le coach de Fréjus Charles Paquillé. « On arrive à la fin d’un rêve, mais après un parcours mémorable », a-t-il lâché.