Un TGV (Illustration)
Un TGV (Illustration) — G. VARELA / 20 MINUTES

TRANSPORT

Future ligne Marseille-Nice: Cannes sur la bonne voie pour obtenir sa gare TGV

La ville a droit à une double étude de faisabilité à boucler d’ici à avril 2018…

La cité du cinéma se rapproche doucement de Marseille. Cannes a marqué un point dans sa bataille pour obtenir une gare TGV sur le tracé de la future ligne nouvelle Provence-Côte d’Azur entre Marseille et Nice, obtenant le lancement d’une double étude de faisabilité à boucler d’ici à avril 2018.

« On a franchi une étape importante puisque le porteur du projet (SNCF Réseau) et les services de l’Etat se disent qu’effectivement cela peut être pertinent qu’il y ait une gare à Cannes-La Bocca, indique-t-on à la mairie de Cannes. Les études de l’option Cannes-La Bocca doivent permettre au comité de pilotage de prendre une décision sur ce sujet dans un an », selon la même source.

>> A lire aussi : Marseille-Nice: Cinq questions autour de la future ligne TGV

Le soutien de Chanel

La future ligne prévue à l’horizon 2030 doit en principe desservir la technopole de Sophia-Antipolis, un tracé préférentiel qui n’est pas abandonné et qui va continuer d’être approfondi, parallèlement aux études sur le site de Cannes-La Bocca.

En décembre, le maire de Cannes David Lisnard (LR) avait reçu un soutien de poids, celui de la maison Chanel inquiète d’un projet de viaduc traversant les champs de fleurs à parfum où elle s’approvisionne près de Grasse. Le groupe de luxe avait menacé de cesser de soutenir cette activité horticole emblématique de la région, estimant que le projet alternatif de nouvelle gare à Cannes-La Bocca était « meilleur » que celui desservant Sophia-Antipolis.

>> A lire aussi : Côte d'Azur: Pour sauver ses champs de fleurs, Chanel veut changer le tracé de la future ligne TGV

Augmenter la cadence des TER

Deux autres gares doivent voir le jour, à Nice Aéroport et en souterrain à Marseille-Saint-Charles pour cette future ligne qui ferait gagner une heure entre Marseille et Nice et permettrait d’augmenter considérablement la cadence des TER grâce à des voies nouvelles sur certains tronçons.

L’objectif est de desservir 78 millions de passagers en 2030.