Nice: Des cours de relaxation pour combattre le stress des partiels et le syndrome de la page blanche

ETUDES L’université Nice Côte d’Azur dispense des ateliers pour lutter contre l’anxiété scolaire…

Mathilde Frénois

— 

Des séances de gestion des émotions sont organisées par l'université de Nice pour combattre le stress des partiels.
Des séances de gestion des émotions sont organisées par l'université de Nice pour combattre le stress des partiels. — M. Frénois / ANP / 20 Minutes

Depuis le début de l’année, Marie « s’énerve devant ses exercices ». Cette étudiante de 21 ans en musicologie à la fac de lettres peut « rester jusqu’à deux jours » sur des points de cours qu’elle n’arrive pas à intégrer. Marie est venue parler à une psychologue de cette forme d’anxiété.

Comme sept autres étudiants ce jour-là, elle souffre de stress des examens. Pendant trois semaines, avant les périodes de partiels, l’université Nice Côte d’Azur organise des ateliers pour affronter ses émotions face à la scolarité. « Avec les études, l’objectif de réussite engendre du stress, explique la psychologue Sophie Bereny. Ces étudiants peuvent rendre une feuille blanche, être malade ou encore avoir des troubles du sommeil. »

Un exercice pour anticiper

Trouvant pour causes le perfectionnisme, son passé d’écolier, la peur du jugement ou même le besoin de reconnaissance, cette anxiété peut se dompter. « Il y a des petits trucs à savoir pour anticiper ces moments, et aussi des astuces à faire sur le coup », assure la psychologue. Ce mercredi, les étudiants pratiquent un exercice de relaxation : vivre un « instant de lâcher-prise ». Un moment auquel ils pourront repenser lors des examens. « Ces ateliers me permettent de prendre conscience de mon corps et de faire face à mes limites », assure Marie.

Il reste encore une séance aux étudiants pour approfondir leur maîtrise face aux émotions. En attendant, Marie retourne sur les bancs de la fac suivre ses cours qui l’angoissaient tant.

>> A lire aussi : La bibliothèque ouverte jusqu'à minuit, les étudiants jouent les prolongations