Pamela Anderson appelle le parc Marineland d'Antibes «à libérer» ses animaux

ANIMAUX La star américaine mène ce combat depuis plusieurs mois…

Fabien Binacchi

— 

Pamela Anderson à Londres
Pamela Anderson à Londres — Rocky/WENN.com

Elle a profité de sa présence sur la Côte d’Azur ce week-end pour tancer le parc marin. « La France peut être fière de beaucoup de choses, mais le Marineland d’Antibes n’en fait pas partie », a attaqué Pamela Anderson, samedi soir à  Sainte-Maxime (Var), à l’occasion d’un gala de charité. La star a appelé le delphinarium « à libérer » ses animaux.

« Les orques sont des êtres extrêmement intelligents et sociables, qui souffrent énormément physiquement et mentalement en captivité. J’appelle le Marineland à libérer ces animaux immédiatement afin de les relâcher dans des sanctuaires marins côtiers », a déclaré l’actrice d’Alerte à Malibu, porte-parole de l’ association Peta.

Déjà à Cannes en mai 2016

Un combat qu’elle mène depuis plusieurs mois. En mai 2016, Pamela Anderson était déjà venue à Cannes, pendant le festival international du film, pour dénoncer avec l’ ONG Sea Shepherd «  l’enfer des delphinariums ».

>> A lire aussi : A Cannes, Sea Shepherd et Pamela Anderson vont dénoncer «l'enfer des delphinariums»

« En attendant [que les cétacés soient placés dans des sanctuaires], nous pouvons tous agir en refusant de nous rendre dans ces prisons pour animaux, car nous pouvons facilement nous divertir sans financer la maltraitance et l’exploitation d’êtres sensibles », a aussi lâché l’ancien playmette samedi soir à Sainte-Maxime.

De nombreuses manifestations

Malgré un virage « pédagogique », décidé suite à des travaux menés après une inondation qui avait coûté la vie à plusieurs animaux fin 2015, le parc est la cible de militants anti-captivité. « On sera là tous les mois jusqu’à ce que le parc ferme », expliquait en décembre 2016 à 20 Minutes le collectif Sans voix Paca, à l’initiative de nombreuses manifestations.

Des militants dénoncent la captivité des cétacés devant le parc Marineland, le 18 décembre 2016
Des militants dénoncent la captivité des cétacés devant le parc Marineland, le 18 décembre 2016 - F. Binacchi / ANP / 20 Minutes

En 2013, la diffusion du documentaire Blackfish relatant un drame survenu en 2010 dans le parc américain Seaworld (une orque avait tué sa dresseuse) avait alimenté le débat mondial sur les dangers de la vie en captivité pour les orques.

>> A lire aussi : Marineland d’Antibes : Les anticaptivité ne désarment pas et demandent la fermeture du parc