L'ancienne ministre de la Culture Fleur Pellerin à la tête du Festival international des séries de Cannes

ÉVÉNEMENT La manifestation cannoise sera concurrente d’un festival que le ministère veut lancer à Paris ou à Lille…

Fabien Binacchi

— 

Fleur Pellerin, le 24 septembre 2015, à Paris.
Fleur Pellerin, le 24 septembre 2015, à Paris. — Francois Mori/AP/SIPA

Elle aura un peu plus d’un an pour plancher sur le contenu de l’événement. L’ancienne ministre socialiste de la CultureFleur Pellerin a été nommée « présidente de l’Association créée pour organiser le premier Festival International des Séries de Cannes », dont le lancement est programmé en avril 2018, annonce la ville ce mercredi.

>> A lire aussi : Cannes lancera son Festival international des séries (dans tous les cas) en 2018

Pied de nez au gouvernement ? La cité des festivals a en effet choisi l’ancienne locataire de la rue de Valois, écartée et remplacée par Audrey Azoulay en février 2016, alors même que le ministère de la Culture n’a pas retenu la candidature cannoise pour l’organisation de ce festival et développe un projet concurrent, qui aura lieu soit à Paris soit à Lille.

Un « projet ambitieux », selon l’ancienne ministre

« Il n’existe pas de rendez-vous incontournable des séries de dimension internationale. Le maire de Cannes, David Lisnard, travaillait déjà depuis plusieurs années sur ce même sujet. Le projet ambitieux qu’il propose aujourd’hui est donc le fruit d’une réflexion très approfondie sur le plan artistique comme logistique », déclare Fleur Pellerin, dans un communiqué diffusé par la commune.

Ancienne de l’Ena, la ex-haute fonctionnaire travaille aujourd’hui dans le secteur privé. Fleur Pellerin a notamment créé un fonds d’investissement, Korelya Capital.

« Elle possède une triple compétence particulièrement pertinente pour présider l’association organisatrice de notre festival : sa connaissance, au plus haut niveau, du monde culturel, son expérience entrepreneuriale, sa fibre internationale », vante de son côté le maire (LR) de la commune David Lisnard.

Un projet concurrent à celui porté par le ministère

Le projet cannois, qui sera orchestré par Reed Midem, l’un des leaders de l’organisation de salons professionnels (dont le MIPTV,le MIPCOM, déjà dédiés à l’univers de la télévision et également organisés à Cannes), a déjà reçu le soutien de Canal +. 

>> A lire aussi : Cannes fera son Festival des séries sans le gouvernement mais avec Canal+

En janvier, le groupe se réjouissait de « ce nouveau partenariat » qui conforte « la position [de Canal +] comme acteur majeur de la création audiovisuelle française et européenne ».

Un peu plus tôt, le ministère de la Culture avait écarté la candidature cannoise dans le cadre d’un futur festival international des séries, lui préférant les candidatures de Paris et Lille. Une nouvelle concertation devrait aboutir à un choix final dans les prochains mois.

Le maire de Cannes David Lisnard avait de son côté expliqué qu’il irait au bout de son propre projet « quoi qu’il arrive », développant le concept d’une telle manifestation « depuis des années ».