Côte d'Azur: A Valbonne, le centre géant Open sky ne fait pas l'unanimité

COMMERCES La construction de ce nouveau complexe est décriée et fait même l'objet d'un recours...

Fabien Binacchi

— 

Le projet prévoit un lac intérieur
Le projet prévoit un lac intérieur — Compagnie de Phalsbourg

Ses premiers visiteurs sont attendus pour 2020. Si tout va bien. Prévu sur la commune de Valbonne, en bordure de l’autoroute A8 et à l’orée du parc départemental de la Valmasque, un nouveau mastodonte de la consommation est sur les rails.

Et si le projet de cet « Open sky » est défendu bec et ongles par l’ancien maire de la ville, le sénateur socialiste Marc Daunis, il est aussi contesté. Une pétition, dénonçant notamment un « suréquipement de zones commerciales », a déjà recueilli près de 6.000 signatures. La déclaration d’utilité publique fait aussi l’objet d’un recours.

>> A lire aussi : Nice: Ikea attaque en justice les opposants à son implantation dans la plaine du Var

Un recours lancé par le propriétaire de Cap 3000

Une attaque lancée par un concurrent qui entend bien défendre son pré carré. Le groupe Altarea Cogedim, propriétaire de Cap 3000, préférerait, après Polygone Riviera, déjà, ne pas voir s’installer ce nouveau centre commercial qui prévoit 59.900 m2 de boutiques « spécialisées dans l’équipement de la personne et de la maison ». Et aussi un hôtel (10.000 m2), des bureaux (20.000 m2) et des espaces dédiés à la culture et aux loisirs.

Vue du projet
Vue du projet - Compagnie de Phalsbourg

Marc Daunis, lui, défend « un projet coordonné » et conçu « pour lutter contre une évasion forte des consommateurs de la Communauté d’agglomération de Sophia-Antipolis [ils seraient 50 % à faire leurs courses en dehors de la Casa, selon l’élu] et l’affaiblissement des centres-villes ».

« Capter des clients dans les centres-villes »

« Si seulement 1 % des visiteurs de ce futur complexe viennent jusqu’aux cœurs de nos cités, ce sera un succès », explique le sénateur PS. Le début des travaux est prévu avant la fin de l’année.

Le projet, porté par le promoteur La Compagnie de Phalsbourg, représente un investissement de 200 millions d’euros. Il prévoit également 30 millions d’euros de travaux d’infrastructures routières.