Nice: Un photographe condamné après un reportage sur les migrants

REFUGIES Ben Art Core a écopé d’une peine d’amende pour avoir, selon la justice, résisté aux policiers lors d’un reportage sur des migrants qui passaient la frontière franco-italienne…

O.A. avec AFP

— 

Le palais de justice de Nice.
Le palais de justice de Nice. — Google Maps

Le témoignage des policiers a pesé lourd. Le tribunal correctionnel de Nice a condamné un photoreporter toulousain, vendredi, à 750 euros d’amende, pour outrage à agent dépositaire de la force publique.

Le prévenu a expliqué à l’agence AFP qu’il avait été interpellé en marge d’une tentative de passage en force de la frontière franco-italienne par un groupe de 200 migrants.

>> A lire aussi : Une amende requise contre un photographe en reportage sur les migrants

Le reporter était aussi poursuivi pour incitation à la rébellion, mais a été relaxé de ce chef de poursuite. Le représentant du ministère public avait requis 800 euros d’amende.

Il avait aussi travaillé sur les migrants de Calais

Ben Art Core, qui se présente sur son site Web en tant que « photographe militant », se trouvait à la frontière franco-italienne, près de Menton le 5 août, lorsqu’un groupe de 200 migrants, encadrés par des militants « No Border », a tenté de forcer la frontière en passant par le bord de mer et en escaladant des rochers.

Le photographe, qui a déjà signé de nombreux clichés de la Jungle de Calais, était arrivé à Vintimille (Italie) la veille, dans le cadre d’un reportage sur les migrants, entamé en 2015.

Les policiers, qui avaient dû faire usage de gaz lacrymogène pour chasser les migrants, lui ont reproché d’avoir crié des encouragements aux migrants, ce qu’il a nié à l’audience, accusant la police d’avoir cherché un prétexte pour lui prendre son appareil et lui supprimer ses photos.

Interrogé par l’AFP, le photographe a réagi avec surprise à sa condamnation. « Même si la parole d’agents assermentés pèse bien plus dans la balance que ma seule parole, l’apport de preuves de mon activité professionnelle de photographe est indéniable. Des photos et une vidéo de la situation de la scène en attestent et vont dans le sens de mon témoignage ».