Nice: Cette start-up a inventé la machine à mesurer le stress

SANTE Elle mise sur son dispositif qui établit le profil émotionnel pour lever 400.000 euros…

Mathilde Frénois

— 

L'entreprise niçoise Codesna a mis au point une machine pour évaluer le stress.
L'entreprise niçoise Codesna a mis au point une machine pour évaluer le stress. — Codesna

Ce n’est pas un détecteur de mensonges. Mais l’engin y ressemble étrangement. Avec sa machine et ses capteurs posés sur les bras (et non sur la tête), l’entreprise niçoise Codesna affirme être en mesure de déterminer le profil émotionnel d’une personne.

Siégeant au Centre européen des entreprises innovantes à Nice, la start-up vient de lancer une levée de fonds pour accélérer sa commercialisation, son développement et une éventuelle deuxième version de son dispositif.

En deux minutes chrono

« La technique est non invasive, vante le fondateur Vasile Zoicas. C’est uniquement des capteurs branchés à une tablette. On pose les pinces sur les bras de la personne et on la fait respirer. » Deux minutes plus tard, les résultats tombent. Le stress chronique est évalué.

Avec ces mesures, l’innovation compte s’attaquer au burn-out, à l’épuisement, à la dépression ou encore aux troubles fonctionnels. Aujourd’hui destiné aux professionnels de la santé, comme les médecins, les ostéopathes et l’armée française, Codesna a déjà écoulé une vingtaine de ses machines, vendues 3.200 euros.

Bientôt une version 2

Mais la start-up, qui compte trois salariés, veut aller plus loin. Au début du mois, ses fondateurs ont lancé une levée de fonds de 400.000 euros. « Un tiers sera destiné à accélérer la vente, un tiers pour les brevets et le dernier pour son amélioration », dit-il.

La version 2 s’adressera au marché de l’entreprise. « Elles se rendent compte que c’est une approche innovante de l’optimisation du bien-être et sont intéressées par le “Do it yourself” », affirme Vasile Zoicas pointant les 8 % de la population serait en stress quasi permanent. Codesna se lance donc sur la voie de l’autoévaluation de sa propre nervosité.