Nice: Le dispositif de sécurité du Carnaval «impressionnant mais rassurant»

SECURITE L’édition 2017 a été maintenue, mais placée sous haute surveillance... 

Mathilde Frénois

— 

Avant d’entrer dans l’enceinte du Carnaval de Nice, les visiteurs, même déguisés, sont fouillés.
Avant d’entrer dans l’enceinte du Carnaval de Nice, les visiteurs, même déguisés, sont fouillés. — M. Frénois / ANP / 20 Minutes

Miguel a consciencieusement choisi son costume. Pour profiter du Carnaval, ce Niçois a enfilé l’attirail du parfait policier sorti d’un clip des Village People. En passant sous le portique de sécurité, il prend sa casquette à la main. « Les agents, ça les a bien fait rire », affirme-t-il, la veste déjà couverte de confettis.

Mais avant d’entrer dans cette zone sécurisée qui englobe la place Masséna et la Coulée verte de Nice, Miguel s’est retrouvé face à de véritables agents de sécurité. « Ça rassure et ça permet de faire la fête tranquillement », dit-il, une fois arrivé près du Roi de l’énergie.

« Comme à l’aéroport »

Six mois après l’attentat de Nice, le Carnaval est organisé avec un dispositif de sécurité renforcé. La zone du corso est occultée par des palissades noires. Pour y entrer, les visiteurs doivent passer sous l’un des 36 portiques gérés par 200 agents de sécurité privée. « Exactement comme à l’aéroport ! », lance Baptiste. A 18 ans, le Varois est venu de Draguignan pour profiter de la parade carnavalesque. « Tout est fermé. Le dispositif est impressionnant, mais rassurant », explique-t-il.

>> A lire aussi : Nice: Lancement du carnaval sous le signe de l'énergie et... de la sécurité

Car autour des chars et des grosses têtes, 65 agents de police municipale sont postés, en plus des patrouilles de CRS, militaires et policiers nationaux. « Il y en a beaucoup trop. Ils sont présents à tous les coins de rue. Qu’est-ce que je dis à mes filles ? », peste gentiment Raphaël, bien conscient « qu’ils sont utiles à la sécurité ».

Eux ne se sont pas déguisés pour voir passer le roi et la reine. Mais Marie-Françoise et Jacques ont tout de même dû montrer patte blanche avant de faire la fête. Arrivés de Bretagne, ils ne sont « pas spécialement inquiets ». « Il ne faut pas céder à la peur », assurent-ils.

Encore une semaine de fête

Les confettis dans les cheveux et le maquillage sur les joues, ce n’est pas terminé. Le Carnaval de Nice continue jusqu’à samedi, date à laquelle le Roi sera incinéré sur la place Masséna.

En attendant ce jour fatidique, un corso aura lieu mardi à 21 h (de 5 euros en promenoir à 26 euros en tribune) et des batailles de fleurs seront organisées mercredi et samedi à 14 h 30 (entre 12 euros en promenoir et 26 euros en tribune). Et c’est gratuit pour les personnes déguisées !