Un Français passeur bénévole de migrants est poursuivi en Italie (et c'est une première)

JUSTICE Le Vençois Félix Croft, 28 ans, encourt jusqu'à 15 ans de prison...

F.Bi. avec AFP
— 
200 migrants rassemblés tout près de la frontière avec la France à Vintimille, en 2015
200 migrants rassemblés tout près de la frontière avec la France à Vintimille, en 2015 — JEAN-CHRISTOPHE MAGNENET / AFP

La justice française s’est déjà saisie de plusieurs affaires. Mais c’est sans doute une première de l’autre côté de la frontière. Un habitant de Vence (Alpes-Maritimes) arrêté l’été dernier au péage de Vintimille avec une famille de migrants soudanais est poursuivi en Italie pour aide à l’immigration clandestine, selon son avocate.

Felix Croft, 28 ans, encourt jusqu’à 15 ans de prison pour avoir véhiculé bénévolement cinq membres d’une même famille, originaire du Darfour, le 22 juillet 2016. Les réquisitions du ministère public italien devraient tomber le 16 février devant le tribunal d’Imperia (Italie).

>> A lire aussi : Un migrant décède dans un tunnel entre Vintimille et Menton

« Je les ai emmenés pour les mettre à l’abri chez moi »

« La nouveauté dans cette affaire vient de ce qu’une personne agissant dans un but purement humanitaire tombe sous le coup d’un texte de loi prévu pour les passeurs qui se font payer », a relevé Me Laura Martinelli.

« Cela reflète la situation gravissime à Vintimille et à nos frontières, où sont bloquées énormément de personnes qui veulent continuer leur route. De plus en plus de personnes solidaires ne comprennent pas ce système d’immigration européen, qui ne tient pas compte de la réalité », a ajouté l’avocate de Félix Croft.

C’est en venant apporter son aide à Vintimille, où un camp a dû être ouvert pour faire face à l’afflux de migrants, que le jeune Azuréen a pris en charge cette famille. « On était allé distribuer de la nourriture. Je les ai pris parce qu’à l’époque, il y avait un nombre de places limitées. Je les ai emmenés pour les mettre à l’abri chez moi », explique-t-il.

Une décision de justice attendue vendredi à Nice

En France, Pierre-Alain Mannoni, un enseignant-chercheur de 45 ans, interpellé en octobre au péage de La Turbie (Alpes-Maritimes) avec trois Érythréennes dans son véhicule, avait été relaxé début janvier par le tribunal correctionnel de Nice. Le parquet a fait appel.

>> A lire aussi : Le parquet de Nice fait appel de la relaxe d'un enseignant-chercheur poursuivi pour aide aux migrants

Vendredi, le même tribunal doit rendre sa décision concernant l’agriculteur de la vallée de la Roya, Cédric Herrou. Poursuivi pour des faits d’aide à l’entrée, au séjour et à la circulation d’étrangers en situation irrégulière, il encourt huit mois de prison avec sursis, la peine requise par le procureur de la République de Nice.