Nice: Lancement du carnaval sous le signe de l'énergie et... de la sécurité

ÉVÉNEMENT Pour le premier soir, 11 000 Niçois et touristes ont assisté au défilé des chars…

Fabien Binacchi

— 

Carnaval de Nice, 11 février 2017
Carnaval de Nice, 11 février 2017 — SIPA

Eole, le roi Soleil, Neptune et même Donald Trump. Des grosses têtes et des chars. Des déguisements et des confettis. Pour la première sortie du carnaval de Nice samedi soir, tous les ingrédients étaient réunis pour vivre une édition 2017 placée sous le thème de l’énergie.

Mais la fête a eu du mal à revenir dans le cœur des 11 000 Niçois et touristes venus assister au premier corso. Et pour cause. La foule était moins dense. Les bombes à serpentins sont désormais interdites. Les chars naviguent sur un circuit raccourci. Et si, au lieu de l’énergie, la sécurité était le vrai thème du carnaval de Nice 2017 ?

Un dispositif « innovant »

Du nombre exact de renforts obtenus pour sécuriser la parade, rien n’a filtré. Mais « ils sont en tout cas assez satisfaisants pour que nous décidions de maintenir cette édition du carnaval de Nice », a pointé l’adjoint à la sécurité Christian Estrosi, ce lundi.

Six mois après l’attentat de la promenade des Anglais et à quelques jours de la première sortie du Roi de l’énergie, samedi, les organisateurs et les autorités ont indiqué avoir mis en place un dispositif de sécurité encore renforcé, mais surtout « innovant » pour cette édition (du 11 au 25 février) circonscrite autour de la coulée verte.

>> A lire aussi : La sécurité aura raison de l'unique carnaval gay de France en 2017

« Nous mettrons en œuvre une approche nouvelle, des moyens nouveaux et même parfois inédits pour faire face à une menace qui reste élevée en France », a avancé le préfet des Alpes-Maritimes Georges-François Leclerc, refusant d’en dire davantage.

Les entrées contrôlées par 36 portiques détecteurs de métaux

« Nous aurons des renforts importants et un dispositif innovant mis en place très étroitement avec la mairie avec qui nous travaillons sur le sujet depuis le mois de novembre », a également ajouté le représentant de l’Etat.

Le parcours a, lui aussi, été revu. Exit la promenade des Anglais pour les traditionnelles batailles de fleurs. Elles se joueront sur le même parcours que celui des corsos. Autour de la coulée verte. Dans une enceinte entièrement fermée par des « palissades occultantes ».

Les onze accès au cœur de la zone des festivités seront protégés par 36 portiques détecteurs de métaux, selon la ville. « Ils seront encadrés par 200 agents de sécurité privée qui seront passés au fichier pour garantir leur probité », a insisté Christian Estrosi.

D’après l’élu, 65 agents de police municipale seront également postés à ces entrées. Il y en aura 45 autres dédiés à la circulation autour des installations du carnaval et encore 20 au Centre de supervision urbain (CSU), le centre névralgique de la vidéosurveillance niçoise.

>> A lire aussi : Trump, Fillon, Macron et Le Pen pour une édition (très) politique du carnaval de Nice

« Une activité économique essentielle pour la ville »

Au total, le renforcement de la sécurité représenterait un surcoût de 300 000 euros, selon l’office du tourisme de Nice. Sur un budget total de 6 millions d’euros. Et pour des retombées estimées à plus de 30 millions d’euros chaque année.

« Le carnaval représente une activité économique essentielle pour la ville de Nice, a rappelé le maire Philippe Pradal. Il fait partie de l’ADN des Niçois, il est normal qu’il soit maintenu. Et que nous n’abdiquions pas face au terrorisme. »

Quelque 240 000 billets avaient été vendus pour le carnaval de Nice 2016. L’office du tourisme de Nice, qui organise l’événement, espère une fréquentation au moins équivalente cette année.