Cannes installe des cendriers « ludiques » pour cloper un peu plus vert

ENVIRONNEMENT Pour résorber certaines zones « mégotogènes », la ville installe des « poubelles à voter »…

Fabien Binacchi

— 

Dix de ces nouveaux cendriers ont déjà été installés
Dix de ces nouveaux cendriers ont déjà été installés — F. Binacchi / ANP / 20 Minutes

Sur les allées de la Liberté, à deux pas du palais des Festivals, la mer avait l’avantage, d’une très courte tête, face à la montagne, cette semaine. Les votants (encore enfumés) s’étaient exprimés sans bulletin… mais avec le mégot de leur cigarette.

Depuis quelques jours, des cendriers d’un tout nouveau genre fleurissent un peu partout à Cannes. Ils permettent, en plus de laisser propre l’espace public, de donner son avis.

Toujours engagée dans son plan « anti-incivilités », la ville cherchait « quelque chose de ludique pour régler la problématique de certaines zones "mégotogènes" », pointe Marie Pourreyron, adjointe à l’environnement.

>> A lire aussi : La campagne anti-incivilités gagne du terrain à Cannes

Tu tires ou tu pointes ?

« Notamment devant les lycées où les sols sont parfois maculés, explique l’élue. Il fallait un concept amusant et qui interpelle les plus jeunes. Et nous avons trouvé cette idée, déjà utilisée en Angleterre, notamment. »

Dix de ces ballot bins (littéralement « poubelles à bulletins de vote ») ont déjà été installées. Et donc, notamment, devant certains établissements scolaires. « Nous avons essayé de trouver des questions adaptées à chaque lieu », avance encore Marie Pourreyron.

Près des lycées Carnot et Bristol, les plus jeunes fumeurs devront donc choisir entre Instagram ou Snapshat ou encore préférer les maths ou le français. Juste à côté du boulodrome des allées de la Liberté, les amateurs de cochonnet et de tabac afficheront eux leur préférence : « tu tires » ou « tu pointes ».

Une nouvelle étape dans le plan « anti-incivilités » lancé par la mairie. L’an dernier, entre sensibilisation et répression, la ville estime avoir réalisé une économie de 2 millions d’euros en dépenses de propreté. Depuis 2014, elle a aussi dressé 32 195 procès-verbaux.