Côte d'Azur: Sequans veut perfuser les objets connectés de 4G

TECHNOLOGIES L'entreprise s'est installée cette semaine à Sophia Antipolis... 

Mathilde Frénois

— 

«Aujourd'hui l'enjeu des objets connectés, c'est la sécurité»
«Aujourd'hui l'enjeu des objets connectés, c'est la sécurité» — 20 minutes - Magazine

C’est une technologie qui va vite et pour laquelle les innovations se bousculent. Et la 4G va encore pouvoir faire de grandes enjambées sur la Côte d’Azur. L’entreprise Sequans, leader sur le marché des puces 4G, vient d’ouvrir un centre de recherche à Sophia Antipolis.

Les dix ingénieurs de Sequans qui rejoignent la technopôle plancheront sur le lien entre 4G et objets connectés. « Aujourd’hui, comme leurs noms l’indiquent, il faut se connecter avec le Bluetooth. Dans ce cas-là, l’objet est obligé d’être à proximité d’un téléphone ou d’un modem », pointe le directeur général Georges Karam.

>> A lire aussi : Côte d'Azur: Un bracelet connecté qui s'adapte à toutes les montres (et tous les poignets)

Bas débit et sans recharge

Sequans développe donc une technologie qui permet aux montres, stations météo ou porte-clés intelligents de se connecter directement sur le réseau cellulaire, optimisée et en bas débit. « L’objet sera en liaison, comme votre téléphone, mais avec un forfait très bon marché et une batterie qui fonctionnera des dizaines d’années sans la recharger ou la changer. » Un procédé applicable aux compteurs d’électricité, d’eau, aux alarmes.

>> A lire aussi : La start-up azuréenne Myxyty présentera au CES de Las Vegas son enceinte connectée à la maison

Aujourd’hui, Sequans est la seule entreprise à surfer sur cette technologie. Ayant connecté un réseau pour la première fois au monde au CES de Las Vegas en janvier par ce biais, l’entreprise compte gagner des parts de marché. « En 2016, Sequans c’est 50 millions d’euros de chiffre d’affaires, se réjouit Georges Karam. On en vise 70 millions cette année » grâce à cette méthode invisible.