Nice: Une mère devant les assises pour le meurtre de son fils de 4 ans

JUSTICE Le petit Dixon avait été retrouvé après une explosion dans les décombres de leur appartement...

Fabien Binacchi

— 

Le palais de justice de Nice
Le palais de justice de Nice — M. Frénois / ANP / 20 Minutes

Le matin du 24 janvier 2014, à Nice. Une violente déflagration fait voler en éclat le dernier étage d’un immeuble du centre-ville, avenue Raymond-Comboul. Le corps de Dixon, 4 ans, est retrouvé dans les décombres. Juste à côté de sa mère gravement brûlée…

Une explosion avait détruit l’appartement où a été retrouvé le garçonnet (Archives)
Une explosion avait détruit l’appartement où a été retrouvé le garçonnet (Archives) - F. Binacchi / ANP / 20 Minutes

Ce mercredi, trois ans après les faits, Veronica M. se retrouvera devant la cour d’assises des Alpes-Maritimes. Cette Cap-verdienne de 29 ans est accusée du meurtre de son enfant.

Mort par noyade

L’explosion due au gaz était-elle volontaire ? La réponse n’a pas été donnée. Les charges pour « dégradation de bien d’autrui par un moyen dangereux » n’ont de toute façon pas été retenues. Mais si la jeune maman est incarcérée depuis, c’est que le médecin légiste a établi que le petit garçon était mort avant la détonation. Par noyade, selon nos informations.

Lors de son hospitalisation dans le service des grands brûlés de l’hôpital de la Timone, à Marseille, Veronica M., mère célibataire visée dans une affaire d’escroquerie, avait avoué l’infanticide.

Des relations compliquées entre les deux parents

Drame social ? Conflit avec le père de l’enfant ? Les deux thèses devraient s’opposer jusqu’à vendredi dans ce procès qui s’annonce éprouvant.

>> A lire aussi : Un homme retrouvé mort dans un squat

Les relations entre les deux parents étaient en tout cas très compliquées. L’homme, qui se retrouvera sur le banc des parties civiles, s’était mis avec une autre femme. « Elle s’est opposée à ses droits. Elle avait obtenu qu’il ne puisse plus voir le petit Dixon, note l’avocate du père, Me Rozenna Gorlier. Ce drame était clairement dirigé contre lui. »

La défense pourrait de son côté plaidé le moment de folie consécutif à un sentiment d’intense désespoir. Veronica M. aurait eu peur de perdre la garde de Dixon. Elle encourt la réclusion criminelle à perpétuité.