Nice: La gare du Sud retrouve sa charpente démontée en 2008

PROJET Elle avait été créée pour l'exposition universelle de Paris en 1889... 

Mathilde Frénois

— 

A la gare du Sud de Nice, la verrière de l’Exposition
universelle de 1889 est remontée.
A la gare du Sud de Nice, la verrière de l’Exposition universelle de 1889 est remontée. — M. Frénois / ANP / 20 Minutes

Les grues tournent au-dessus de la gare du Sud de Nice. Petit à petit, au milieu du manège des engins de chantier, la verrière de la halle aux trains (re) prend forme. Franchissant une étape importante du chantier au cours du mois de janvier, le projet de réhabilitation de ce site niçois historique sera achevé fin 2018, pour un budget de 110 millions d’euros.

« On est à mi-parcours, assure Michel Puy, directeur d’Icade Côte d’Azur, qui gère les travaux. On travaille sur la reconstitution d’un rare monument historique à avoir été démonté puis remonté. »

Logements, cinéma et parkings

Ayant servi pour l’Exposition universelle de Paris, cette charpente métallique de type Eiffel a été montée une première fois à la gare du Sud en 1891. Avec le départ du train des pignes, la structure a été démontée puis stockée en 2008, avant de reprendre vie aujourd’hui. « On assemble une armature métallique de 1889 en respectant les normes sismiques de 2017 », insiste Michel Puy. Ne manque plus que le toit en zinc et la pose du verre sur les côtés qui seront réalisés d’ici fin 2018.

En attendant, tout le quartier de la gare du Sud subit une métamorphose. Plus de 11.000 m² de logements locatifs et d’accès à la propriété libre et aidé sont en construction. « Ce quartier est très attractif, assure Christian Estrosi, président de la métropole. Les appartements sont quasiment tous vendus, à 6.000 euros le mètre carré. »

Un cinéma en 2018

Derrière une façade typiquement niçoise et d’époque se cache la construction d’un nouveau multiplexe. L’ouverture des salles de cinéma, confiées à Pathé, est prévue pour mars 2018.

Un renouveau du secteur attendu depuis 30 ans. « On commence à voir le bout du chantier, et cela va redynamiser le quartier, dit le président du quartier Libération-Malaussena Paul Harnois. Le seul regret, c’est le parking. Ils avaient promis 700 places. Seules 500 seront ouvertes au public. » Les premiers stationnements souterrains seront livrés en mars.