Côte d’Azur: Ils veulent défendre les animaux au volant d’un van 100% vegan

INITIATIVE Deux trentenaires ont lancé un crowdfunding pour financer leur projet de food truck…

Fabien Binacchi

— 

Marlys Sabaty, la moitié de ce binôme vegan
Marlys Sabaty, la moitié de ce binôme vegan — F. Binacchi / ANP / 20 Minutes

Partir sur les routes pour « toucher le plus de gens possible ». Deux Azuréens, ardents défenseurs de la cause animale, vont aller prêcher leur bonne parole… à bord d’un food truck 100 % vegan.

Et pour cette « Car a van », « dont les bénéfices serviront à construire un refuge pour animaux maltraités », Mael Dazin et Marlys Sabaty ont lancé un crowdfunding sur kisskissbankbank.com. « Ça nous permettra d’acheter le matériel de cuisine », explique la seconde, actuellement employée dans un restaurant.

En attendant une mise en circulation prévue pour le mois de mars, son binôme s’affaire déjà à la transformation d’une vieille caravane des années 1970.

Des anti-Marineland devenus adeptes du veganisme

Proposer sushis vegan, woks de légumes et autres salades de « super aliments » à la sauce street food pour tenter de convaincre… L’idée leur est venue il y a un peu plus d’un an.

« Nous nous occupions ensemble du collectif Sans voix Paca, qui organise notamment les manifestations anti-captivité à Marineland, explique Marlys Sabaty. A force de documentation, on est devenus vegan et on a voulu aller au-devant des gens pour leur montrer qu’on pouvait très bien se passer de viande. »

>> A lire aussi : Les anticaptivité ne désarment pas et demandent la fermeture de Marineland

Sur les routes de France et dans les festivals

Pour les deux trentenaires, c’est « le projet d’une vie ». « On va essayer d’avoir des besoins financiers amoindris pour mettre des recettes de côté et mener plusieurs actions à bien contre la maltraitance animale », précise aussi la jeune femme.

Chaque été à arpenter la Côte d’Azur, leur « Car a van » partirait le reste de l’année sur les autres routes de France. Les deux futurs « food truckers » tablent sur des menus à 10 €, avec un plat et une boisson. Ils espèrent aussi obtenir des places dans des festivals où ils proposeront aussi hot-dogs et hamburgers végétaux.