Nice: La bibliothèque ouverte jusqu'à minuit, les étudiants jouent les prolongations

VIE ETUDIANTE Depuis lundi, elle est accessible 100 heures par semaine... 

Mathilde Frénois

— 

Lundi soir, une cinquantaine d'étudiants travaillait encore à la bibliothèque universitaire de Nice à 23 heures.
Lundi soir, une cinquantaine d'étudiants travaillait encore à la bibliothèque universitaire de Nice à 23 heures. — M. Frénois / ANP / 20 Minutes

Mithy s’est équipé pour réviser. Ordinateur, écouteurs, livres « et surtout un thermos de café ». Si cet étudiant en finance à l’université Nice Sophia Antipolis insiste sur sa boisson revigorante, c’est qu’à 23 heures, il est toujours sur les bancs de la bibliothèque.

Pour la première fois lundi, la BU Saint-Jean d’Angély accueillait du public jusqu’à minuit. Une ouverture nocturne du lundi au vendredi prévue pour trois ans.

Ouverte 100 heures par semaine

« On s’est rendu compte qu’un tiers des travaux demandés aux étudiants devaient être réalisés en groupe, fait remarquer Philippe Père, responsable du pôle lettres, arts, sciences humaines et sociales. Il leur est donc absolument essentiel d’avoir accès à des espaces de travail conviviaux et connectés avec tout le nécessaire documentaire. »

La bibliothèque universitaire de Nice sera donc ouverte 100 heures par semaine (contre 80 heures jusqu’à présent) pour un coût supplémentaire de 500.000 euros sur trois ans.

Mithy a apporté un thermos de café pour rester éveillé devant ses cours jusqu'à minuit, heure de fermeture de la bibliothèque universitaire de Nice.
Mithy a apporté un thermos de café pour rester éveillé devant ses cours jusqu'à minuit, heure de fermeture de la bibliothèque universitaire de Nice. - M. Frénois / ANP / 20 Minutes

 

« A la maison, il y a le lit et Netflix »

Des ouvertures nocturnes qui pourraient devenir salvatrices pour les partiels de Jofroy et Sacha. « On rattrape le retard ! Les conditions sont plus propices au travail ici. Travailler le soir, ça fait penser aux campus américains. A la maison, il y a le lit et Netflix », sourient ces deux étudiants en médecine qui rêvent que ces prolongations s’élargissent à toutes les facs de Nice, notamment Trotabas.

Sur le bureau d’à-côté aussi, c’est la pharmacologie qui occupe les pensées de Marie et Olivia. « La fermeture à 20 heures, c’était frustrant, expliquent-elles. Je ne sais pas si on viendra tous les soirs. Mais au moins, on aura fait l’inauguration ! » Mithy, Jofroy, Sacha, Marie et Olivia resteront devant leurs cahiers jusqu’à minuit ce soir-là, sans autre distraction que le ronron du chauffage.