Aide aux migrants: Quatre nouvelles interpellations sur la Côte d'Azur

JUSTICE Ils seront convoqués devant la justice le 16 mai prochain…

F.Bi. avec AFP
— 
Des migrants à la frontière franco-italienne, à Vintimille, le 12 juin 2015.
Des migrants à la frontière franco-italienne, à Vintimille, le 12 juin 2015. — JEAN-CHRISTOPHE MAGNENET / AFP

Ils ont été arrêtés dans les Alpes-Maritimes alors qu’ils transportaient plusieurs migrants dans deux véhicules. Vendredi soir près de la frontière italienne, quatre membres du l’association Roya citoyenne ont été interpellés et placés en garde à vue.

Remis en liberté samedi, après 24 heures d’interrogatoires, ils sont poursuivis pour aide à l’entrée, au séjour et à la circulation d’étrangers en situation irrégulière. Ils se retrouveront devant le tribunal correctionnel de Nice le 16 mai prochain.

Conditions d’accueil « dignes et sécurisées »

Ces « citoyens solidaires », interpellés entre Breil-sur-Roya et Sospel, « cherchaient simplement à déplacer six jeunes réfugiés vers d’autres lieux d’hébergement présentant des conditions d’accueil dignes et sécurisées », indique le collectif dans un communiqué.

« Combien de temps, combien de souffrances ou même de morts, notamment pendant les froids de cet hiver, combien d’arrestations de citoyens solidaires faudra-t-il pour que les pouvoirs publics prennent les mesures nécessaires de protection de ces femmes, hommes et enfants ? », interroge-t-il appelant à une « présence massive » lors du procès du 16 mai à Nice.

D’autres affaires devant le tribunal

Vendredi matin, le tribunal correctionnel de Nice avait relaxé Pierre-Alain Mannoni, un enseignant-chercheur de l’université de la Côte d’Azur poursuivi pour avoir aidé des migrants. Le parquet a depuis annoncé qu’il faisait appel de cette décision.

>> A lire aussi : Le parquet de Nice fait appel de la relaxe d'un enseignant-chercheur poursuivi pour aide aux migrants

Mercredi dernier, c’est un autre militant de Roya Citoyenne qui se retrouvait à la barre. L’agriculteur Cédric Herrou de Breil-sur-Roya encourt huit mois de prison avec sursis, selon les réquisitions du procureur. Son jugement sera rendu le 10 février.

>> A lire aussi : Huit mois de prison avec sursis requis contre Cédric Herrou, l’agriculteur qui aidait les migrants