Nice: Un enseignant-chercheur du CNRS relaxé après avoir aidé des migrants

JUSTICE Le procureur avait requis fin novembre à son encontre six mois de prison avec sursis...

20 Minutes avec AFP

— 

Pierre-Alain Mannoni
Pierre-Alain Mannoni — F. Binacchi / ANP / 20 Minutes

Le 18 octobre dernier, il avait été interpellé à un péage près de Menton, avec dans sa voiture trois Erythréennes, dont une mineure.

Pierre-Alain Mannoni, un enseignant-chercheur du CNRS, a été relaxé vendredi par le tribunal correctionnel de Nice, devant lequel le procureur avait requis fin novembre à son encontre six mois de prison avec sursis.

>> A lire aussi : Ceux qui ont aidé des migrants «doivent être remerciés, pas condamnés», estime Cécile Duflot

Immunité pénale

Ce père de famille de 45 ans, a été relaxé et a pu bénéficier de l'immunité pénale, rapporte Nice Matin.

Mercredi, le procureur de la République de Nice a par ailleurs requis 8 mois de prison avec sursis contre Cédric Herrou, un agriculteur de la vallée de la Roya (Alpes-Maritimes), dans un autre dossier d'aide aux migrants, nombreux à entrer dans les Alpes-Maritimes depuis l'Italie voisine.

La justice lui reproche l'installation en octobre 2016 sans autorisation d'une cinquantaine d'Erythréens dans un centre de vacances SNCF désaffecté à Saint-Dalmas-de-Tende